La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Au bon temps du Père Fouettard

Au bon temps du Père Fouettard f1-236x300

A l’heure où Europe n’a rien de plus urgent que de vouer aux gémonies comme de vulgaires malfaisants, les Croquemitaine, Père Fouettard , Jean Fesse, la Befana… (ne pourrait-on pas leur adjoindre la Comtesse de Ségur ?), voyons comment les images d’Epinal illustrant ces figures de légende d’antan se chargeaient d’inculquer aux enfants les vertus « sociétales »  de bonne conduite dans la vie en société : famille, école…

 Alain

 

f3-193x300f21-187x300Au bon temps du Père Fouettard

par Jean-Jacques

Depuis le milieu du 19ème siècle jusqu’au milieu du 20ème, l’on pouvait trouver des images destinées à la littérature enfantine mettant en scène des fessées administrées à des enfants par des personnages tels que Monsieur et Madame Croquemitaine, Madame Croquebois,  Le Père Fouettard ou autres terreurs de l’imaginaire enfantin.

 

 

f4-200x300cid_part2_01030808_04080508wanadoo-189x300Ces gravures, très populaires (l’on m’a fait cadeau, en 1958, d’un album d’Épinal où l’on voyait l’une de ces fessées) représentaient avec naturel et simplicité de bon aloi des corrections appliquées sur les fesses nues, malgré la pudibonderie qui régnait habituellement dans ce genre littéraire. Cela ne pouvait signifier qu’une chose : la fessée (dite) « déculottée » des enfants était suffisamment familière à tous pour qu’il ne soit pas question d’être choqué par la vue d’un derrière juvénile dénudé pour être fessé. Ce qui corrobore mes propres souvenirs de fessées administrées à l’école dans les années 1950-1960.

cid_part1_05070409_03050801wanadoo-300x214On notera également, en étudiant plusieurs de ces représentations, que ce sont plus souvent les petits garçons qui sont déculottés, les fillettes échappant parfois à ce rituel humiliant pour être simplement fessées sur leur petite culotte. Les fesses des fillettes seraient-elles plus protégées par la censure que celles des garçonnets ?
Enfin, je n’ai pas trouvé (mais ai-je suffisamment cherché ?) de fessées administrées à la main, ces fessées sont toujours appliquées avec des verges ou des lanières. D’ailleurs, le mot « fessée » ou « fesser » ne figure jamais dans les légendes : on dit « donner le fouet » ou même « donner les étrivières ». Ces mots auraient-ils été considérés comme plus choquants que l’image de l’acte lui-même, comme c’est le cas pour Jean-Jacques Rousseau qui emploie l’expression « la punition des enfants » ?

 

cid_part1_01010607_09060400wanadoo1-182x300Pour ma part, j’ai le souvenir encore brûlant du poids de ces mots, lorsque nos parents ou nos instituteurs menaçaient « de nous fesser » ou « de nous déculotter pour nous donner une bonne fessée », « devant toute la classe » ou « devant tout le monde ». En ces temps de pudeur, particulièrement,  ces mots suffisaient souvent  à ramener au calme l’interpellé en lui faisant honte devant les témoins ou constituaient un avertissement préalable à la punition s’il ne se calmait pas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

20 commentaires »

1 2
  1. Jean-Jacques dit :

    Nous sommes bien d’accord, Claudette. Pour ce qui me concerne, je m’en tiens à la fessée « classique », celle de mon illustre prédécesseur Jean-Jacques Rousseau, dûment déculotté et fessé d’une main vertueuse par Mademoiselle Gabrielle Lambercier. Mais l’imagerie religieuse et spécialement catholique était depuis longtemps fort prolixe en matière d’enfer (cf peintures médiévales ou Jérôme Bosch) avant même l’apparition de Bras-de-Fer ou de la Tour-aux-Rats… Mille fois mieux la fessée réelle, concrète, cuisante et vexante que ces arrières-mondes terrifiants !

  2. Bertrand dit :

    Je me rappelle très bien ces dessins, nous avions chez nous deux albums d’images d’Épinal quand j’étais enfant, m’ont ils donné le goût de la fessée? Je ne crois pas. Certaines images de fessées gentilles, oui, ainsi qu’une image d’un élève mis au coin avec un écriteau où était marqué « mauvais sujet », ce qui est très humiliant. Mais pour le reste, c’était très cruel. Je me souviens d’une histoire ou deux garnements volent du miel ; ils sont assaillis par un essaim d’abeilles dont les piqûres les défigurent. Revenus chez eux, les parents sans pitié les fouettent, puis un maréchal-ferrant leur retire avec une énorme pince un à un le dard des abeilles; la dernière image, ils sont au lit, le visage complètement sans expression, sans regard. Moralité : bien fait pour eux! Toutes les histoires n’étaient pas du même acabit, mais c’était toujours très sadique, avec quelque chose de mortifère dans les dessins. Moi qui étais déjà amateur de récits de fessée, je trouvait la comtesse de Ségur vraiment très douce par rapport aux images Épinal. Je crois que les gens qui concoctaient ces histoires n’étaient vraiment pas nets.

  3. Chris dit :

    Je trouve que ces images sont très représentatives de l’éducation que nous recevions ou que les enfants d’antan recevaient.

  4. CLAUDE dit :

    Bonjour Alain. Votre charmant récit montre qu’à cette époque là l’égalité des sexes, ( du moins pour ce qui est de la fessée), était loin d’être « un débat de société »! C’est fâcheux, car il suffit de parcourir ce blog pour constater que les filles ne sont pas plus « sages » que les garçons. Pour en revenir aux ouvrages que vous évoquez, à mon avis, ils ne sont pas aussi innocents qu’ils le paraissent. Combien de paires de fesses ne sont-elles pas exposées largement à la vue du jeune lecteur sous prétexte de le dissuader. Il est vrai que j’ai un tempérament très sensuel, mais pour ma part, je n’étais pas fâché, avant de m’endormir de « rêver » à cette partie si excitante de l’anatomie, et ces rêves eux non plus n’étaient pas « innocents »! CLAUDE

  5. claude dit :

    Bonjour Jean Jaques. Merci pour ce récit à la fois élégant et pertinent. Pas si « innocentes » que cela certaines des gravures illustrant des scènes de fessée ! N’y avait-il pas une pointe de « voyeurisme » dissimulé sous le prétexte d’illustrer des scènes assez « aguichantes » ? Certes juqu’à quelques décennies, fesser signifiait « donner le fouet ».Mon dictionnaire Laroussse des années 50 en est la preuve formelle et indiscutable. Hélas, depuis on est passé d’un extrême à l’autre: de fait il y eut des abus en matière de châtiments corporels, notamment dans certains établissements privés. Les « penseurs » modernes de l’éducation eurent vite fait de récupérer ces abus pour fonder leurs théories dramatisant les effets de ces corrections qui, à leurs yeux, seraient « traumatisantes » ! Mon expérience personnelle me permet de douter du bien-fondé de ces théories. Mais, il est dur de revenir en arrière, malgré l’explosion des incivilités dues parfois à des adolescents, filles et garçons laissés à la dérive et de ce fait incapables de se maîtriser. Ce ne sont pas eux qui sont coupables,mais les éducateurs et les parents concernés. A la décharge de ces derniers on peut mettre l’influence des théories que je viens d’évoquer. Pour autant, il y a aussi, de mon point de vue un transfert émotionnel vers les enfants. Le caractère impitoyable de notre société qui met une pression inédite sur tous ceux qui travaillent,fait que pour eux leurs enfants sont leur planche de salut affective. Je le comprends et le regrette à la fois. Espérons qu’un sursaut finira par se produire. L’histoire nous montre que dans de tels domaines on assiste souvent à un effet de balancier. Pour autant je n’attends pas un retour du martinet ! De la fessée peut-être, avec toutes ses ambiguïtés bien connues, où l’érotisme est au moins autant possible qu’un réel effet punitif. Tels sont les sentiments que m’inspirent votre beau récit. Cordialement. CLAUDE.

    • Jackie dit :

      « L’incivilité et l’agression envers… les enseignants » dites-vous, cher CLAUDE. Je remarque d’abord que CAMBACERES n’en est pas victime, et pourtant il ne semble pas que ses élèves tremblent de peur devant lui. Mais, nous a-t-il expliqué, j’ai cherché à comprendre les adolescents. Voilà sans doute déjà une piste de réponses.
      A notre époque, les parents étaient très respectueux des enseignants ; Une mauvaise tenue en clase, une mauvaise note, on ne considérait pas que le maître en était responsable. C’était au contraire la fessée assurée à la maison. Mais maintenant ils n’en parlent très souvent, devant leurs enfants, que pour les critiquer. Des privilégiés (vacances, retraites) incapables de tenir les élèves. Une gifle malencontreusement donnée en classe et ce sont les hauts cris, les pétitions, les menaces. Certains conseils de parents prétendent dicter la pédagogie. Je pourrais longtemps poursuivre la liste. Du reste les réformes incessantes imposées par chaque nouveau ministre sont significatives du peu de cas que l’on fait des enseignements et des enseignants. Une société incivile vis-à-vis des enseignants ne peut que produire des élèves incivils. Commençons donc par revaloriser cette fonction si décriée. Car il ne manque vraiment pas d’enseignants sérieux, responsables, impliqués voir enthousiasme. Une autre piste ouverte.
      Irrespects, agressifs, devant ceux qui incarnent le plus l’autorité : Police et Gendarmerie…
      Mais écoutez donc les commentaires à leur égard des parents au volant de la voiture familiale ! Enfin ça se tasse avec les attentats. Mais les ados en ont entendu tellement avant
      En fait c’est la société qui est devenue incivile et agressive. Seulement chez les ados tout se répercute avec beaucoup plus d’ampleur. Dans les deux sens de reste : plus de violence, ou plus de générosité. Alors, bien sûr, il ne s’agit pas de croiser les bras en attendant que la profession d’enseignant soir revalorisée. Nous pourrons en reparler.
      Je suis pleinement d’accord avec votre intervention en commentaire du « bon temps du père fouettard » J’ajoute, à propos des illustrations, que plus récemment, on prescrivait aux enfants dès leur plus jeune âge, de cacher scrupuleusement, hors famille, son derrière et le devant, on recommandait – on le fait constamment dans ce bloc – la fessée déculottée en public. Et, à propos d’érotisme : oui la fessée peut revenir en grâce – elle n’a du reste pas disparu – comme mesure éducative et non pas pour retrouver le plaisir qu’on a pu avoir en la recevant. Bien cordialement.

      • CLAUDE dit :

        Bonjour Jackie. D’abord merci pour votre réponse aussi pertinente que chaleureuse. Je suis bien d’accord : c’est la société tout entière qui est devenue incivile et agressive.Je partage aussi votre avis que le fait que la plupart des enseignants méritent le respect. Hélas, bien de leurs élèves sont si choyés chez eux qu’ils se croient tout permis. Sans aller à imaginer un plus qu’improbable retour du martinet, peut-être verrons nous peu à peu réémerger l’autorité, tant dans la sphère privée que dans la vie publique ? C’est du moins le vœu que je forme. Cordialement. CLAUDE.

  6. Christophe1962 dit :

    La fessée salutaire, bénéfique, donnée raisonnablement sans excés , sans passion, sans vice, sans sadisme , OUI, l’ultime recours !

1 2

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775