La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Baby-sitter, du rôle de l’autorité…

sassy25b.jpg 

Par Eléonore, la petite-nièce de Jacques B. 

Un grand merci à Jacques qui nous fait partager la gêne ressentie par une jeune baby-sitter qui doit donner sa première fessée et se revoit sur les genoux de sa mère… Après l’avoir elle-même « reçue », maintenant elle « la » donne !  Emotion à laquelle s’ajoute sûrement la fierté d’être ainsi intronisée dans le « monde des adultes ».

A 18 ans, je faisais du babysitting auprès d’Anna, 12 ans et Arthur, 11 ans. Ce n’était pas la première fois, mais là, leur maman avait dû s’absenter pour 2 jours et j’avais la garde des deux enfants et de la maison. Ceux sont les voisins de mes parents et ils sont réputés turbulents dans le quartier, mais bon… j’avais l’habitude de les garder et il ne s’était jamais rien passé jusque là. En début d’après-midi, ils me demandent de sortir pour une heure avec des copains, histoire d’aller faire un tour au terrain de jeux. Comme j’ai l’accord de principe de la mère, j’accepte sans problème. Au bout d’une heure, pas de nouvelles… Une heure et demie, toujours pas de nouvelles… Deux heures, je commence à m’inquiéter sérieusement lorsque le téléphone sonne. C’est la gendarmerie. Ils ont eu la maman sur son portable et il faut que j’y passe rapidement. Un problème ? Les petits ont fait une bêtise, mais vous verrez sur place me répond-on sans plus de détails ! Aïe, aïe, aïe… 

Et sur place, je comprends rapidement. Ils se sont fait prendre la main dans le sac à la superette en train de voler. Connaissant bien le gérant du magasin, un ami de mes parents, il accepte de ne pas aller plus loin mais en échange, il demande qu’ils reçoivent une bonne punition ! Un quart d’heure plus tard, je sors de la gendarmerie avec les deux marmots penauds qui ne savent plus où se mettre. Dès notre retour à la maison, j’appelle la maman. Elle est furieuse et ne décolère pas. Elle parle à sa fille et à voir le visage de la petite, je sens bien qu’elle est en train de se faire sérieusement « remonter les bretelles ». Après quelques minutes, Anna me repasse le téléphone : 

« Allo Eléonore ? » Je n’ai pas le temps de répondre qu’elle enchaîne déjà : 

« On ne peut pas laisser passer ça… Si tu es d’accord, je veux que tu les punisses ? » « Ben… oui bien sûr… » 

« A la bonne heure ! Et surtout pas de sentiment, ils doivent être punis sévèrement, pour ne pas avoir envie de recommencer ! De toute façon, j’ai dit à Anna que tu allais t’en charger… » Je suis bien ennuyée, ne les ayant jamais punis jusqu’à maintenant… Timidement, je tente une question : 

« Mais… vous voulez quoi comme punition ? » « Une fessée Eléonore… Une bonne fessée qui leur fasse comprendre la gravité de leur acte ! » 

Je suis un peu gênée, mais nous continuons notre discussion quelques instants et, avant de raccrocher, elle ajoute : « Au fait, j’ai oublié… pour la fessée, c’est cul nu et tu me fais bien rougir les derrières ! » 

Cette dernière intervention est pour moi comme un choc. Je connais bien la fessée, cela ne fait guère que quatre ans que Maman ne m’en donne plus, mais si j’ai eu l’habitude de la recevoir, je vais devoir la donner pour la première fois ! Cette fois-ci, c’est moi qui tiens les rennes et, pour être tout à fait honnête, je suis extrêmement gênée par rapport aux enfants que je connais bien… Il y a bien la solution d’aller voir ma mère, la maison est juste à côté, elle sait faire… mais je perds toute autorité. Non, plus moyen de reculer ! Les choses sont claires. De toute façon, leur mère a annoncé la couleur et il faut que je m’exécute. Nous sommes dans la salle de séjour ; j’avise donc une chaise que je mets au milieu de la pièce et je m’assois. Cela me laisse quelques instants pour réfléchir au mode opératoire. Pourquoi réfléchir d’ailleurs, je me rappelle fort bien comment ma mère faisait, alors en avant ma petite, tu n’as qu’à faire pareil… Les deux enfants sont en face de moi, la tête basse regardant leurs chaussures. Je prends mon air le plus sévère. 

« Bon, je commence par qui ? Y-a-t’il un volontaire ? Plus vite commencé, plus vite terminé ! » Après quelques secondes d’un silence lourd et pesant, Anna m’annonce : 

« Tu sais… Maman, elle nous punit chacun dans notre chambre… Jamais ici… » Chez moi, ma mère nous corrigeait toujours de manière collégiale, afin que chacun profite de l’exemple donné. 

« Avec moi, c’est ici et l’un après l’autre ! » J’ai deux types de réaction en face de moi. Celle d’Anna meurtrie par ma réponse et certainement la perspective d’être déculottée devant son frère, elle l’aînée… et celle d’Arthur, à mon avis fort intéressé par l’idée de voir les fesses de sa sœur, au mépris semble-t-il de montrer les siennes ! 

« Alors, qui commence ? » Toujours pas de candidat… Bientôt, Anna fait un pas en avant dans ma direction. Elle est debout devant moi, bien droite, tête toujours basse, l’air anxieuse et déjà résignée à la punition qui l’attend. 

Honnêtement, je crois qu’à cet instant précis, je suis aussi anxieuse qu’elle ! Jusque là, je me suis fait un film dans ma tête sur la façon de m’y prendre et là, comme une gourde, j’hésite à franchir le pas, à la saisir, la plaquer sur mes genoux et la déculotter… C’est bien simple, je suis tétanisée. Je me suis engagée auprès de sa mère, je ne peux plus reculer. J’attrape Anna par le pantalon et l’oblige à s’approcher de moi contre son gré. Lentement, je défais le bouton et la fermeture éclair. Attrapant le pantalon de chaque côté des hanches, je le baisse jusqu’aux genoux. D’une main, je fais pivoter la gamine autour de moi pour l’allonger sur mes genoux. Je suis toujours très gênée. Elle est là, allongée sous mes yeux, son derrière serré dans sa petite culotte à fleurs et j’ai toujours du mal à me dire que je vais bientôt la fesser. 

Celles ou ceux qui ont l’habitude de fesser me trouveront peut-être idiote, mais c’est la première fois et au travers de cette gamine, c’est moi que je revois dans la même position. Allez, il faut y aller et après, tout ira bien… Je pose ma main à plat sur la culotte. A ce moment précis, je me dis que je suis bien une imbécile… Si j’avais baissé la petite culotte en même temps que le pantalon, je ne serais pas dans cette situation ! Quelle c… ! 

J’attrape l’élastique de la culotte. A ce geste, Anna me supplie : « S’il te plaît… Pas devant mon frère… Pas derrière nu devant mon frère… » 

D’un coup d’œil, je vois Arthur qui visiblement n’attend que mon geste pour se délecter du spectacle dont il est habituellement privé puisqu’ils sont corrigés chacun de leur côté. Même si je n’aime pas beaucoup cela, je peux le comprendre car je prenais toujours un malin plaisir à voir rougir les fesses de mes frères. « Il fallait y penser avant ma petite… Avec votre bêtise, vous méritez une bonne punition ! » 

Elle étouffe un sanglot et semble se résigner à son sort. Cela me donne du courage. Je tire sur l’élastique de la petite culotte. Après une petite résistance, elle cède, découvrant lentement les fesses d’Anna. Je lui baisse la culotte jusqu’à rejoindre le jean, sur les genoux. Sa peau est bien blanche et ses fesses sont prêtes à se faire rougir. Son frère semble ravi… Attends mon petit, ce sera bientôt ton tour ! Je lève la main bien haut et d’un geste rapide, lui claque les fesses avec force. Anna pousse immédiatement un cri. Je relève la main et une deuxième claque retentit dans la maison. Puis une troisième et ainsi de suite. Rapidement, le derrière d’Anna prend une couleur rouge. A chaque claque, la petite crie et rue tant qu’elle peut sous l’effet de la douleur. Elle commence certainement à comprendre la bêtise qu’ils ont faite. Bien maintenue par mon bras, elle ne risque pas de s’échapper. Les claques s’enchaînent avec un bon rythme. Finalement, ce n’est pas difficile de donner une fessée, il faut passer le premier moment, et en avant ! Silencieusement, je compte les claques. Nous en sommes à une vingtaine et j’ai prévu le double. Sous mes yeux, les fesses sont maintenant bien rouges et je sens qu’Anna n’en peut plus… mais pas question de s’arrêter, il faut aller jusqu’au bout ! 

Arthur est aux anges, se délectant du spectacle offert par sa sœur… Patience petit vicieux, dans quelques minutes, ce sera à toi ! Les claques continent et j’arrive rapidement à quarante. Anna doit avoir le derrière en feu vu la couleur obtenue… Elle est à bout de force. Je la relève, l’empêchant de se rhabiller. Elle va attendre comme cela, avec son pantalon et sa culotte aux chevilles, que je m’occupe de son frère. Après, il y aura le coin cul nu pour réfléchir. Elle revient à sa place à petits pas, gênée par le pantalon, une main cachant le devant pendant que l’autre masse le derrière, sans doute pour atténuer la douleur. 

« Arthur, à ton tour ! » A ces mots, le petit n’en mène pas large. Il m’a vue à l’œuvre et c’est maintenant à lui de s’avancer et d’y passer. Il a l’air nettement moins intéressé qu’avant ! Il s’approche de moi. 

« Alors, ça t’a plu de voir ta sœur comme ça ? » Même s’il ne répond pas, il comprend très bien ce que je veux dire ! 

« Allez mon petit gars… Tu baisses ton pantalon et ton slip ! » L’opération est rondement menée pour le frère et nos deux compères vont passer la fin de l’après-midi le nez contre le mur, au piquet derrière nu… 

14 commentaires »

1 2
  1. Gobert Jacques dit :

    J’ai adoré ce récit qui m’a beaucoup émoustillé
    J’aurais adoré être à la place d’Arthur et recevoir cette bonne fessée des mains d’Eléonore.

  2. michael dit :

    Belle histoire. J’aurais voulu être à la place du garçon !

  3. ELMARRE dit :

    De tels moments doivent laisser des souvenirs troublants pour les enfants maintenant devenus des adultes, les douleurs ressenties oubliées reste l’émotion profonde sans doute indéfinissable sur le moment mais avec le temps parfaitement analysées.

  4. PF dit :

    Charmant récit. Ah ! tout de même quelle excellente méthode la fessée déculottée en public ! Rien de tel pour apprendre les bonnes règles de la vie

  5. Gobert J dit :

    Je m’imagine à la place de la baby sitter: devoir donner pour la première fois une vraie fessée déculottée..
    Ca ne dois vraiment pas être évident même quand on est habitué à en recevoir.
    Trouver les ressources et l’autorité suffisantes
    Mais j’aurais bien aimé être à la place du petit frère.

  6. sorayya dit :

    Bonsoir,

    Comme je comprends le dilemme. J’ai 18 ans et je fais du babysitting de temps a autres, je me suis déjà trouvé dans une situation de ce genre ne sachant pas comment agir. Mes fessées reçus données par mes parents ne ne sont pas si loin et me trouver dans le rôle de la donneuse est une nouveauté a gérer. Je prendrai le temps d’écrire mon expérience sous peu.

    Soraya

    • Louis dit :

      Bonjour Sorayya,
      Oh oui ! Raconte-nous vite ton expérience de baby-sitter en tant que « donneuse ». Car tu nous en as dit trop ou pas assez.
      A bientôt.
      Bises.

      Louis3901

  7. thierry33 dit :

    Il nous tarde, en effet, de lire ton récit , Soraya . Serais-tu une baby-sitter très sévère ?

  8. Emilie dit :

    Oui, Sorayya, raconte-nous !!
    Bises et à bientôt de tes nouvelles,
    Emilie.

  9. Louis dit :

    Bonjour Sorayya.

    Alors, tu nous la racontes, ta première fessée donnée en tant que baby sitter !
    Je te trouve bien paresseuse, c’est une fessée qu’il te faut, à toi aussi, pour te redonner du courage (lol) ?
    Bisous, amicalement.
    Louis

  10. Louis dit :

    Bonjour Eléonore.
    Cette fessée que tu as donnéee à Anna et Arthur, c’était il y a combien de temps ? Leur as-tu donné d’autres fessées par la suite ? Toujours l’un devant l’autre ? N’aurais-tu pas une autre de ces fessées à nous raconter ?
    Et maintenant, es-tu maman ? Si oui, tes enfants reçoivent-ils aussi quelques bonnes fessées de temps en temps ? Là encore, tu pourrais peut-être nous raconter tout ça ? Ou pourquoi pas une fessée que tu as reçue autrefois des mains de ta mère ?
    Ton récit était si beau et intéressant que ce serait dommage que tu en restes là !

    Bises, amicalement.
    Louis

1 2

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775