La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

De l’influence d’une fessée sur la destinée

76.jpg

par Laurent

Mon frère qui était au collège avait eu un cours de sciences sur les réflexes. Le prof leur avait notamment parlé du réflexe cutané plantaire : chatouiller la plante des pieds provoque un fléchissement des orteils. Il leur avait aussi parlé des réflexes innés et acquis et de la possibilité de les contrôler. Ainsi, il avait indiqué que le réflexe plantaire est plus net chez un sujet endormi que chez quelqu’un d’éveillé qui se maîtrise.

A cette époque nous avions une petite sœur, (une dame maintenant !). A sa naissance, j’avais 7 ans et mon frère 9. Elle dormait dans une chambre, et nous les garçons en partagions une autre. Ce qui, ce soir-là, fit de moi le cobaye tout désigné (mais non prévenu) d’une « expérience » hautement scientifique.

Mon frère était un gros dormeur et il lui suffisait généralement de s’allonger pour s’endormir instantanément. Forçant sa nature, il attendit que je m’endorme avant de se relever, de faire un peu de lumière et de déborder ma couverture pour dégager mes pieds. Puis, muni d’une plume, il entreprit d’en chatouiller les plantes.

Il paraît que mes orteils ont effectivement fléchi. L’expérience était donc concluante. Le prof n’avait pas menti et mon frère s’était bien amusé. Mais pour longtemps ?…

Nous devions être couchés de bonne heure, et nous n’avions pas intérêt à nous relever et à faire les fous au risque de nous faire punir. Notre mère, qui se rendait à la salle de bains, étonnée de voir la porte de notre chambre entrouverte, la poussa pour voir se qui se passait. Le spectacle qu’elle découvrit la laissa interdite. Il y avait de quoi : le bout de mon lit défait et moi allongé, l’air ahuri et les pieds à l’air, mon frère muni d’une plume pour me les chatouiller !

Elle nous demanda ce qu’on « fabriquait ». J’avais la manie de dire « Chais pas » pour éviter les questions gênantes, aussi je contribuai à alimenter sa colère en lançant tout penaud un sincère : « Ben, chais pas Maman ! ».

Réveillée par le bruit, notre sœurette vint aux nouvelles. Sommé de rendre des comptes, mon aîné, se lança alors dans une explication confuse, essayant de justifier le haut intérêt scientifique de son expérience, récitant son cours, s’embrouillant dans des détails, à se rendre incompréhensible.

Notre mère, qui avait du mal à se contenir, finit par exploser. Elle se dirigea vers notre grand frère et, sous nos yeux effarés, le saisit par la taille, le courba sous un bras et lui abaissa promptement son pantalon de pyjama lui mettant les fesses à nu. Puis, avec une énergie décuplée par la colère, elle se mit à le fesser d’une vingtaine de claques retentissantes !

Durant cette brève mais vigoureuse fessée, ce grand dadais de 13 ans déculotté et fessé à derrière nu devant son petit frère et sa petite sœur, resta hébété et les bras ballants. Et quand notre mère le renvoya se coucher sur-le-champ après avoir remonté le pyjama sur des fesses toutes rouges, il lui obéit sans discuter en hoquetant de petits sanglots.

C’est ce moment-là que j’eus la stupidité de me relever. Elle me demanda aussitôt si je souhaitais moi aussi recevoir la fessée. Inutile de dire que je ne perdis pas mon temps à lui expliquer que c’était pour ne pas dormir les pieds à l’air !

La suite est un paradoxe : sachez qu’après une rapide incursion dans des études scientifiques, mon frère est aujourd’hui… professeur de philosophie. Comme quoi la destinée peut tenir parfois à… une fessée !

Une conséquence eut lieu le surlendemain. Notre sœur qui, malgré son jeune âge n’avait pas sa langue dans sa poche, accompagnait notre mère venue nous chercher au judo. Nous portions bien sûr la tenue requise pour ce sport : kimono blanc fermé par une ceinture et pieds nus.

Alors devant tout le monde, elle a demandé à notre aîné s’il avait aussi chatouillé les pieds nus de nos copains de judo !

Il se mit alors à rougir et à bredouiller n’osant avouer en public qu’il s’était pris une bonne fessée déculottée l’avant veille…

7 commentaires »

  1. Jean-Jacques dit :

    De l’influence d’une fessée sur la destiné ou :

    « C’est ainsi que le destin frappe à ta porte… »

    Est-ce que la maman ou la nounou de Ludwig Van Beethoven le fessait par séries de quatre ? Voilà la question.

    En tout cas le grand frère l’avait bien méritée. Et cela lui a fait le plus grand bien.

  2. Laurent dit :

    Merci pour votre commentaire Jean-Jacques. Évidemment, il est difficile de dire si c’est uniquement cette fessée qui a déterminé l’orientation de mon frère. A cette époque, c’était la filière scientifique (le bac C) qui était considérée comme la meilleure, aussi les bons élèves y étaient orientés. Mais son goût pour les lettres et l’écriture ont probablement contribué à l’amener à choisir par la suite de suivre des études littéraires, en plus de cette raclée mémorable !

    Quant à dire si ceci était mérité, je dirais que ceci faisait partie d’un ensemble. Nous avons tous réussi nos études, résultat sans doute de dispositions, mais aussi d’une bonne éducation. Nous étions une famille unie, mes parents étaient attentionnés, mais nous devions respecter les règles, leur obéir, faire sérieusement nos devoirs, ne pas trainer les rues, nous coucher tôt, … Toute dérive était sanctionnée, punition, fessée, martinet! Car bien que ne roulant pas sur l’or, ils nous ont payé nos études, ainsi que des activités sportives (le judo comme je l’ai indiqué) et musicale, que nous pratiquons encore (mon frère est violoncelliste, ma sœur pianiste et moi violoniste). Il était donc normal qu’ils nous demandent d’être sérieux et appliqués. En particulier une fois où mon frère, pré-ado, amoureux d’une fille avait « séché » le judo pour rencontrer sa belle, et que mon père l’a surpris, je ne vous dis pas la raclée qu’il s’est prise, le martinet a cinglé ses fesses et ses cuisses avec force !

    Pour cette histoire, j’aurais peut-être tendance à trouver que c’était un peu exagéré, la bêtise n’était pas bien grave. Mais sans être injustes, je trouvais que mes parents avaient peut être tendance à être plus sévères avec nous qu’avec notre sœur (la petite dernière, seule fille après deux garçons) et encore plus avec mon frère, l’ainé !

    • Jean Philippe dit :

      Bonjour Laurent,
      Nous étions 2 enfants, ma petite sœur et moi. J’étais l’aîné (4 ans de plus) et je devais montrer l’exemple. Ma mère ayant toujours désiré une fille lui passait tous ses caprices.
      Lorsque j’atteignis mes 11 ans, je commençai à me rebeller et répondre de manière insolente à Maman ce qui me valut de nombreuses fessées déculottées. Mais le pire, ce fut à 14 ans, lorsqu’après avoir été fessé devant mes camarades du lycée pour avoir séché les épreuves du BEPC , ma mère me déculotta à nouveau et me fessa devant ma sœur à la maison.
      Je dus repasser l’examen à la session de Septembre et fut admis avec les félicitations du jury. Trois ans plus tard, je fus reçu au bac D avec mention. Cette fois-ci , je ne me suis pas aventuré à sécher les épreuves sachant très bien que Maman n’aurait pas hésité à me fesser malgré mes 17 ans1/2.
      Comme quoi, la fessée était bénéfique dans ces années (1960 – 1970).
      Cordialement
      Jean Philippe

  3. lolo443 dit :

    Bonjour Jean-Philippe,

    Merci pour votre témoignage. Ce n’est pas toujours facile d’être le premier d’une fratrie. On parle du droit d’aînesse, mais je trouvais que mon frère avait surtout des inconvénients d’être l’aîné, le premier fessé et corrigé, sans avoir d’avantage particulier.

    • Jean Philippe dit :

      Bonjour Lolo 443,
      En effet, être l’aîné d’une fratrie n’est pas la meilleure place, de surcroît lorsque l’on a une petite sœur. Maman souhaitait avant tout que je représente un exemple pour sa fille. Or, dès l’âge de 12 ans, je commençais à me rebeller, à proférer des mensonges et répondre de manière insolente. Les fessées tombaient séance tenante, à la maison ou en public et ma petite sœur était toujours là pour assister à mes corrections. Je vous invite à lire mes récits sous la rubrique  » Souvenirs et autres anecdotes de fessées »

  4. lolo443 dit :

    Bonjour Jean-Philippe,
    J’ai lu vos histoires avec plaisir. Pour préciser : c’est sous le coup de la colère que ma mère a fessé mon frère devant la petite sœur. Mais ce n’était pas l’habitude : elle était beaucoup plus jeune que nous, et à sa naissance, j’avais dû lui laisser ma chambre et rejoindre mon frère dans la sienne, devenue la « chambre des garçons », et qui était le lieu où les fessées nous étaient administrées compte tenu de la différence d’âge et de sexe. Mais cette coquine venait parfois se cacher dans l’encoignure de la porte pour regarder la fessée de ses grands frères !
    Bien à vous
    Laurent

    • Jean Philippe dit :

      Bonjour Lolo443
      Ma sœur faisait la même chose. Dès que maman me menaçait de me fesser, elle rappliquait pour ne pas en perdre une miette. Je dois vous préciser qu’elle n’a jamais reçu de fessées et pourtant c’était une vraie chipie ; elle répondait sans arrêt à maman. De plus , elle inventait des histoires à dormir debout et disait que j’en étais l’instigateur
      Bien à vous,
      Jean Philippe

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775