La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

En veux-tu en voilà, fessées à tour de bras !

par Chris B

Cannibal Khan 

Le petit voisin prénommé Barnabé

Ne trouva pas mieux de refuser à dire Bonne année.

Barnabé en était tout gêné

Quand son père devant tout le monde l’avait déculotté

Pour lui flanquer une magistrale fessée.

 

La vilaine fille nommée Martine

Fut terriblement punie par son père

Par une fessée à la badine.

Et cette correction fut très sévère

Car une autre fessée lui fut donnée par sa mère.

 

Quant au garnement de Xavier,

Il pouvait frotter son fessier.

Il avait eu une grosse fessée

Après qu’il eut cassé la poupée

Et sa sœur en était toujours attristée.

 

Le vilain garçon nommé Serge,

Quant à lui eut le malheur

De mettre exprès son frère en pleurs.

Il reçut donc par son père les verges.

Et cela fut lui qui en était ensuite en pleurs.

 

Et pour la petite Vanessa,

Elle faisait avec plein de malice

Au magasin des tas de caprices

Qu’il fallut que son père la déculotta et la fessa

Et ensuite pour de bon, elle se calma.

 

Et le farceur Matthieu,

Il eut le malheur de couper à sa sœur les cheveux.

La réaction de la mère ne fut ni une ni deux,

Son postérieur dénudé goûta à la brosse à cheveux.

Après Matthieu en était très malheureux.

 

Le vilain garçon qu’était Benjamin

Qui avait cassé les plantes du voisin

S’était vite retrouvé en public fessé

Et après c’était une mise au coin

Devant les enfants du voisin.

 

La petite blonde Bernadette

Fit malgré l’interdiction des pirouettes

Et arriva des objets cassés

Et aussi pour elle d’une belle fessée

Accompagnée d’une baguette.

 

Qui étaient toujours en retard,

Le vilain Romuald et Richard,

Le vilain Richard n’eut pas de fessée, le veinard !

Quant à son copain Romuald,

Il reçut de bonnes claquées sur son gros pétard !

 

Au sujet du petit Félix,

Il s’était retrouvé dans une rixe.

Ses parents l’attendaient pour des explications

Et lui rappeler certaines bases et leçons.

Après il en fut quitte pour une bonne fouettée.

 

Qui avait fait pleurer Julie,

C’était son frère Enzo

Qui lui avait fait énormément bobo.

Il se trouva sans préavis

Sur les genoux du père pour une fessée.

 

Quand le fils d’un autre voisin, Maxence

Eut fini de proférer une grande insolence,

Lassée de son fils, la mère perdit sa patience

Et celle-ci eut pour résultat comme sentence

Une vigoureuse déculottée.

Malteste QuiAime, Chatie bBen

Illustr. : 1) Cannibal Khan- 2) Malteste QuiAime,Chatie Bien

 

3 commentaires »

  1. CLAUDE dit :

    Bonsoir Chris B. Curieux poème,mais combien éloquent sur ce qu’était autrefois l’éducation. Aujourd’hui,ni badine, ni martinet, ni verges, ni férule! sinon la « justice » est à vos trousses! Amicalement et Bonne année. CLAUDE.

    • Chris B dit :

      Bonjour Claude,
      Je pense que certains instruments à fesser sont toujours là dans quelques familles, mais ne sont plus une majorité comme avant, par discrétion. En revanche, la fessée à la main, malgré les oppositions, elle reste de tradition à la lecture des témoignages de ce blog.

      Chris B

  2. michelwebred dit :

    Bonsoir, tout le monde et bonne année à toutes et à tous!
    « Aujourd’hui, ni badine, ni martinet, ni verges, ni férule ! sinon « Dame Justice » est à vos trousses!
    Oui, d’accord pour les verges et les martinets, mais je penche davantage pour les fessées manuelles ! Alors…
    Michel

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775