La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Fessées d’outre-Quiévrain – 17 : Fessée canon pour Dolores la petite acrobate

Cannibal Khan

par Pierrot

Dolores était la petite dernière d’une fratrie de quatre enfants (deux filles et deux garçons : l’aînée Paquita 15 ans, le second Manuel 13 ans, puis Jesus 11 ans et finalement Dolores 10 ans). Ils habitaient avec leur mère divorcée, cuisinière dans un collège, un appartement au dernier étage d’un petit immeuble à Bruxelles.

Dolores était très turbulente, un vrai garçon manqué, et pour la calmer, sa mère devait souvent lui administrer la fessée. Des fessées pas bien sévères, en général quatre ou cinq bonnes claques sur ses fesses nues qui laissaient des petites marques roses et lui arrachaient des larmes. Après la fessée, Dolores se frottait les fesses en pleurant encore et la douleur persistait une petite heure.

Ugetsu Shin

Mais un jour, Dolores dépassa les bornes…

Pour récupérer le ballon de ses frères qui avait atterri sur le toit, elle sortit par une fenêtre, grimpa en se tenant à la corniche et leur lança le ballon. Mission accomplie, elle redescendit mais hélas au moment où elle rentrait par la fenêtre, sa mère qui revenait de son travail la vit. Elle monta à l’appartement pour y cueillir sa fille. Elle l’empoigna, la sermonna puis lui ordonna :

« Viens sur mes genoux que je te donne une bonne fessée. J’espère qu’elle t’enlèvera l’envie de recommencer ! »

Michairu

Penaude, Dolores monta sur les genoux de sa mère et présenta son postérieur. La mère baissa son short puis son slip et commença à tambouriner violemment les fesses nues de sa fille. Les claques fort sonores faisaient « claak… claak… claak…claak…claak… » en tombant une trentaine de fois sur les fesses de cette pauvre Dolores qui passèrent du blanc laiteux au rose, puis au rouge pour finir écarlates. Dolores serra les dents et ne poussa aucun cri au début, mais à la cinquième claque elle ne put s’empêcher de pleurer, à la douzième, elle supplia entre deux sanglots sa mère d’arrêter :

« Maman j’ai trop mal, arrête je t’en supplie !… Je ne le ferai plus ! »

Mais sa mère fut sourde à ses prières et continua à lui claquer de toutes ses forces le popotin. À la vingtième claque, elle s’arrêta ce qui mit un peu de baume au cœur de Dolores… mais pas pour longtemps car après avoir soufflé un peu, sa mère lui flanqua encore une dizaine de claques magistrales qui la firent hurler de douleur.

Après quoi, elle remonta le slip et le short sur les fesses enflammées de sa fille. Le contact du tissu accentua la douleur et Dolores se frotta les fesses en disant :

« J’ai trop mal ! Pourquoi as-tu frappé si fort ? Ça me brûle ! »

Sa mère lui répondit qu’elle avait eu trop peur qu’elle ne tombe et lui avait donné une bonne fessée pour qu’elle ne recommence pas.

Comme sa grand-mère qui occupait l’appartement voisin avait entendu les cris, elle entra chez sa fille. Dolores vint vers elle et lui dit en pleurant toujours :

« Abuela [Grand-Mère], Maman m’a frappée très fort. Ma culotte me brûle et il me semble que mes nalgas [fesses] sont en feu ! »

Pore

Sa grand-mère baissa sa culotte et fut effrayée en voyant les fesses de sa petite-fille. Après avoir reproché à sa fille sa trop grande sévérité, elle emmena Dolores chez elle. Là, elle la fit se déculotter et se coucher sur le ventre les fesses à l’air. Elle lui enduisit les fesses de pommade et lui mit une vessie à glace sur les fesses.

Le premier jour, Dolores (qui portait bien son nom !) préféra manger à genoux ou accroupie, ensuite elle eut besoin d’un coussin pour s’asseoir pendant quelque temps. Il fallut une bonne semaine pour que ses fesses retrouvent leur blancheur initiale.

Dolores est aujourd’hui professeur d’éducation physique et pratique l’escalade dans un club avec lequel elle fait l’ascension de tous les grands sommets alpins et pyrénéens.

Cette sévère fessée lui aura certainement servi de leçon car elle respecte maintenant toutes les règles de sécurité.

Illustr. : 1) Cannibal Khan – 2) Michairu – 3) Pore

 

6 commentaires »

  1. Chris B dit :

    Bonjour Pierrot,
    joli récit qui montre les bienfaits de la punition corporelle quand elle est justifiée.
    Chris

  2. CLAUDE dit :

    Bonjour Pierrot. « Dolores, la bien nommée ! » Insouciante comme tous les enfants à son âge avait pris de gros risques, sans y penser un seul instant ! Voilà bien l’enfance ! Et, la nécessité pour rappeler les plus élémentaires règles de prudence, la nécessité aussi de marquer par un signe fort cette imprudence. Voilà pourquoi Dolores a reçu une fessée bien méritée, mais pas bien méchante. Gâtée de surcroît par sa grand-mère. Il semble que le goût du risque était dans son caractère puisqu’aujourd’hui elle est professeur d’éducation physique et que son loisir préféré est l’escalade… dans le respect des règles de sécurité. Comme quoi une bonne fessée peut mettre du plomb dans la tête. Amicalement. CLAUDE

  3. Jean Philippe dit :

    Bonjour Pierrot,
    Merci pour ce récit très instructif. Dolorès a su tirer de cette punition un bénéfice puisqu’elle a accompli son rêve de gravir les plus hauts sommets en gardant bien dans son esprit les mesures essentielles afférentes à la sécurité. Comme quoi la fessée est salvatrice !
    Jean Philippe

  4. Karima dit :

    Bonjour Pierrot,
    Une semaine pour retrouver des fesses blanches après 30 claques ! Vraiment ? Ça fait une belle fessée mais on perd vite les rougeurs quand même.
    Sinon jolie petite histoire.
    Karima

  5. daniel24100 dit :

    Oui, une belle fessée ! Comme j’en ai reçu moi-même jusqu’ l’âge de a 15 ans.

  6. Marco dit :

    Bonsoir,
    No he comprendido el titulo de este texto : Je n’ai pas compris le titre de ce récit – Je m’attendais aux aventures d’une femme-canon trapéziste à qui arrive un incident de parcours en retombant fortement sur son Poum.
    Il y a tromperie ! Ce sont d’autres aventures : celles de una guapa Dolores, una burrita chica a qui le gusta el peligro : les aventures d’une belle fillette têtue qui n’a pas peur du danger – Heureusement « Zorro- MAMA  » est là, y ella recibe una azotaina en sus nalgas desnudas : et elle reçoit une fessée sur ses fesses nues.
    Je suis surpris par la dévastation que cela cause sur sa peau. En admettant que sa maman folle d’inquiétude ait déversé sur son popotin toute sa colère émotive pour que ça marque une semaine son épiderme soit sa fille est une petite poupée d’albâtre très fragile, soit elle a pris un instrument pour la claquer – Bon c’était un très très mauvais moment à passer qui démontre au demeurant toute l’attention dont elle fait l’objet et qui est bien châtiée est bien aimée.
    Heureusement elle ne s’appelait pas Conception , qui dans une chanson québecquoise avait besoin d’affecctionnn, Con cEPP TIONNNNNNNNN !

    marco

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775