La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Fessées d’outre-Quiévrain – 5 : Belle fessée pour une inondation

Steve Budzinski 14col Robert

par Pierrot

Je venais d’avoir 6 ans. On était en vacances à la campagne à Rixensart, où on avait loué un appartement chez Madame Dewit pour le temps des vacances.

Ce jour là, comme il faisait maussade, je restais à la maison. Je jouais avec mes bateaux dans une grande bassine d’eau placée sous le robinet de la buanderie.

Maman me dit :

« Je pars chercher des œufs. Comme il pleut et que tu as un rhume, c’est mieux que tu restes ici. Sois sage et ne touche surtout pas au robinet. »

« Non, non Maman, je serai sage. Promis ! »

Maman me laissa et au bout d’un certain temps, je décidai de rajouter de l’eau pour que mon paquebot et mon voilier puissent mieux voguer. J’ouvris donc le robinet pour faire monter le niveau d’eau. Hélas, trois fois hélas ! impossible de le refermer. L’eau qui continuait de couler finit par déborder et envahir la pièce. Bientôt elle coula dans la cuisine qui était adjacente. Je paniquais, qu’allait dire Maman ? Quand elle revint, la rivière avait envahi la buanderie, la cuisine et le corridor. En voyant l’inondation Maman se mit à crier :

« Qu’est ce que tu as fait ? Il y a de l’eau partout ! Ça va couler chez Madame Dewit. »

Elle ferma le robinet, alla chercher un torchon et un seau pour éponger l’eau. Elle remplit deux seaux qu’elle vida dans le petit égout. Elle dit alors :

« Je t’avais dit de toucher à rien. Tu as désobéi. Montre ton pète, je vais te flanquer une fessée ! »

« Pardon Maman ! Je voulais juste mettre un peu plus d’eau et j’ai pas pu fermer le robinet. Je l’ai pas fait exprès. Pas de fessée, s’ il te plaît ! Pardon Maman, je recommencerai plus ! S’il te plaît pas de fessée ! »

« Pas question ! Tu avais promis de ne toucher à rien… et tu as désobéi. Cela mérite une fessée ! »

Je m’approchai penaud et angoissé, et je lui présentai mon petit postérieur protégé par un léger short blanc et mon slip. J’étais très douillet et avais la peau sensible, elle était douce et fine comme la peau d’une pêche de vigne. Maman baissa mon short puis mon slip tandis je l’implorai que en larmoyant :

« Pas sur mon pète tout nu, ça fait très mal ! »

« C’est à fesses nues pour que tu t’en souviennes ! »

J’entendis soudain « claak !… claak !… claak!… claak ! claak ! claak ! ». La main vigoureuse de Maman s’abattit six fois sur mon petit derrière tendre et délicat. Les claques résonnaient dans la pièce. La main de Maman était humide et froide mais malgré tout elle chauffa bien mes fesses ! Après chaque claquée, je ressentais une vive douleur qui m’arrachait des « ah ! ah ! ah ! ah ! ».

Ensuite, Maman remonta mon slip et mon short sur ma peau irritée et endolorie. Je pleurais en disant entre deux sanglots :

« Mon pète ! Mon pète ! J’ai mal ! »

Arkham-Insanity 123

Je me mis dans un coin et frottais mon pauvre petit derrière maltraité. Il faut dire que je sentais encore bien l’effet des claques sur ma délicate petite « chute de reins ». Un quart d’heure après, je pleurais encore en disant :

« Mon pète a mal ! »

Maman continuait à nettoyer pour faire disparaître les restes des dégâts de l’inondation.

Madame Dewit et sa fille Marie-Jeanne, une grande de 15 ans, vinrent nous faire une petite visite vingt bonnes minutes plus tard. Me voyant pleurer elles me demandèrent :

« Pourquoi pleures- tu ? Tu as mal, tu es tombé? »

« Non ! Maman m’a donné une fessée sur mon pète tout nu. Ça fait encore très mal ! »

« Pourquoi ta maman t’a frappé ? »

« Je jouais avec mes bateaux, j’ai voulu rajouter de l’eau mais j’ai pas su refermer le robinet. Alors ça a débordé et inondé la maison. Maman m’avait recommandé de ne pas toucher au robinet et je l’ai pas écoutée. Elle était fâchée et elle m’a donné six fortes claques sur mon petit pète. Je les sens encore. »

La dame m’expliqua que je devais écouter Maman et que c’était pour cela qu’elle s’était mise en colère. Elle me dit aussi que j’aurais pu abîmer la maison. Je promis de ne plus désobéir. Ensuite comme il ne pleuvait plus, Marie-Jeanne m’emmena à l’étang plage de Renipont où j’ai joué avec mes bateaux et nous sommes baignés. L’eau était assez fraîche et cela fit disparaître les effets de la bonne fessée.

Illustr. : 1)  Steve Budzinski 14col Robert – 2) Arkham-Insanity

Un commentaire »

  1. Victor dit :

    Pierrot est le seul auteur comique de ce blog. Vraiment drôles ces fessées d’Outre Quiévrain.
    Alors surtout, cher auteur, continuez à nous faire rire. Cela fait du bien.
    Victor.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775