La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Jeux de mains…vont trop loin

attackbyrear1.jpg

 

Par Robert

De nos jours, administrer des fessées à nos enfants, c’est mal vu, non toléré, voire illégal ici ou là, même si elles ont méritées ! Ce n’était nullement le cas à mon époque.

Enfant, je fus naturellement puni avec des tapes sur les mains ainsi que sur le pantalon voire sur mes fesses dénudées. Toute fois la menace d’un martinet n’est jamais rentrée dans notre maison. Le seul « instrument » de correction fut une brosse à cheveux ; et je dois dire qu’elle servit  davantage  sur le postérieur de mes sœurs adolescentes que sur le mien.

Ecolier, j’eus plutôt la même chance. Je passai ma scolarité dans une école mixte, un ancien pensionnat de jeunes filles qui  n’était pas aussi stricte que son aspect austère pouvait le laisser supposer.

De fait, à la différence à d’autres écoles de notre ville, en dehors de quelques rares claques par-dessus le pantalon ou la jupe, les punissions corporelles n’étaient pas tout à fait au goût du jour et c’étaient en majorité les garçons, plus turbulents que les filles, qui en recevaient.

Cette année-là, lors du cours préparatoire,  mes camarades de classe et moi avons été témoins d’une fessée déculottée, la seule que j’aie pu voir  plus durant la période passée dans cette école. En récréation l’un de nos jeux entre garçons et filles consistait à s’attraper pour s’embrasser à tour de rôle (et sur la bouche pour les plus téméraires !). Malheureusement, le jeu prit une mauvaise tournure. Hervé, le meneur du ce jeu, alla plus loin. Il baissa la petite culotte de la fille qu’il venait d’attraper sous l’œil de notre institutrice. Or Hervé était son propre fils !

Cet incident mit un terme à notre récréation. Notre institutrice fit rentrer les filles en premier mais elle arrêta les garçons dans le vestibule et  nous réprimanda tous.

« Votre comportement est indigne. Vous méritez tous une vraie fessée déculottée ».

Cette déclaration jeta un grand froid. Malgré les protestations, notre maîtresse n’accepta aucune excuse et ne fit aucune distinctions entre ceux qui avaient ou non participé au jeu. Nous étions tous solidairement fautifs.

Elle se plaça sur le seuil de la classe et nous fit entrer une par un. Au passage, chaque garçon reçut deux claques sur le fond de son pantalon, sauf Hervé qu’elle fit passer en dernier. Ces claques n’étaient pas suffisamment fortes pour nous faire mal à pleurer, mais suffisantes pour nous faire comprendre la leçon. (Cependant, pour certains d’entre nous, si cette petite punition avaient été rapportée à leurs parents, c’est une vraie fessée qui les aurait attendus à la maison).

Une fois que nous fûmes assis à nos pupitres, elle entra avec Hervé en le tirant par une oreille.

« Je le répète, vous auriez toutes et tous mérité une fessée déculottée, mais cela nous mettrait trop  en retard pour la leçon. Mais comme c’est Hervé le meneur, et le fautif c’est lui que je vais déculotter et fesser devant vous ! »

Elle savait certainement qu’elle n’encourait ni reproche ni critique puisque Hervé était son fils.

Une fois qu’elle l’eut placé debout face au tableau, elle défit la ceinture du pantalon, déboutonna la braguette et abaissa d’un même coup pantalon et slip sous l’œil amusé de son assistante mais les regards très inquiets ou très  intéressés des élèves et des filles en particulier.

Dans la classe régnait en silence de mort. On entendit alors plus que les bruits des claques retentissantes qui rougissaient la peau blanche et nue des fesses d’Hervé et ses pleurnicheries.

La fessée terminée, sa mère lui demanda de se reculotter, puis elle le fit mettre au coin et le laissa ainsi un moment les mains sur sa tête.

Aux récréations suivantes, aucun de nous ne désira retenter ce jeu…

Un commentaire »

  1. Robert dit :

    Merci à une autre illustre dessinateur.
    D. McGill

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775