La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

La fessée, clef d’affinités électives ?

arkhaminsanity16.jpg

Par Nicolas

Recevoir une fessée, qui était toujours déculottée pour moi, était déjà humiliant, mais mes parents et grands-parents avaient parfois le chic pour prolonger mon humiliation.

Je me souviens ainsi d’une fois : c’était avec ma mère, lorsque j’avais 13 ans. La veille, j’avais reçu une bonne fessée déculottée dans le séjour devant ma petite sœur pour une bêtise. Je reconnais que cette fessée-là était tout à fait méritée car, malgré l’interdiction de jouer au foot dans le jardin, j’avais cassé avec mon ballon pas mal de jolis verres qui étaient posés sur un plateau.

On habitait dans un petit village et, le lendemain, j’accompagnais ma mère à la boulangerie. La fessée de la veille m’avait bien calmé et j’étais sage et bien poli.

La boulangère le remarqua et dit à ma mère :

- Vous avez un garçon bien sage. C’est pas comme ma fille ! Voyez-vous, ce matin encore j’ai dû lui mettre une fessée.

Elle s’approcha de sa fille qui était présente, la retourna et lui souleva la robe. Je découvris alors une petite culotte blanche dont l’élastique ressortait d’autant mieux que le haut des cuisses était rouge. Sa mère en rajouta en lui baissant la culotte pour nous montrer que les fesses étaient toutes rouges elles aussi.

La jeune fille âgée d’une dizaine d’années n’osa rien dire. Moi, je compatissais en partie avec elle, mais j’avoue que la découverte de son petit fessier fit son effet sur le gamin de 13 ans que j’étais.

Mais je ne m’attendais pas à la suite.

- Oh vous savez, il n’est pas toujours aussi sage. Hier matin encore, il en a reçu une bonne aussi. Je suis certaine qu’il en garde encore les traces, affirma ma mère.

Je sentis le piège se refermer.

- Oh non, non Maman, ça ne se voit plus, dis-je rapidement un peu inquiet de cette indiscrétion.

- Moi je crois le contraire! On va vérifier ça.

Je n’eus pas le temps de répondre que ma mère m’avait attrapé et baissé short et slip en même temps jusqu’aux genoux. Je rougis aussitôt de honte.

- Ah ! Mais si, ça se voit encore. En plus tu me mens ! Tu mériterais une autre fessée !

- Oh non, Maman, s’il te plaît ! Je voulais pas !… Je voulais pas que tu montres mes fesses !

- Non seulement il vous ment, mais en plus il vous répond, remarqua la boulangère qui semblait s’amuser de la circonstance.

- Vous avez raison! dit ma mère.

Elle me fit aussitôt enjamber ma culotte, me courba sur un genou et m’administra une bonne série de claques.

Je me mis à sangloter. Je sentais le regard de la fille sur mon derrière nu et mon zizi qui avait vite fait retrouvé une petite taille.

Mon humiliation se prolongea car, comme nous habitions à la sortie du village, je dus rentrer à la maison cul nu en passant par la grand-rue, mes fesses bien rouges à la vue de tous.

Deux jours plus tard, je retrouvais la fille de la boulangère. On parla de nos fessées et de ce que l’on ressentait pendant et après. On est vite devenus copains.

Illust. Arkham-Insanity

7 commentaires »

  1. Jean-Jacques dit :

    Quelle jolie histoire, Nicolas ! J’espère que d’autres suivront car tu sembles avoir reçu ton compte de bonnes fessées !

  2. ELMARRE dit :

    Quelle curieuse mais aussi troublante façon de faire connaissance… Cette amitié a-t-elle duré longtemps ?

  3. touque dit :

    J’ai effectivement eu mon compte de fessées. Avec la fille de la boulangère nous sommes restés amis jusqu’à ce que mes études nous séparent.

  4. GIORDANO dit :

    salut, c’est un peu les fessées que je recevais au collège à la piscine devant la classe ! mais le prof avait juste le petit slip de bain à baisser ! j’en portais un mini vert clair !!

  5. Christel dit :

    désolée mais j’ai vraiment du mal à croire que ce récit est vrai. Une mère qui ramène son fils à la maison cul nu et en le faisant traverser tout le village comme ça, je n’y crois pas un instant. Ceci dit, beau récit. Beau fantasme.

    • maurice dit :

      … en ce qui concerne la véracité des récits; que l’on lit toutefois avec plaisir, je l’estimerais sur la totalité des histoires en ligne à 0,01 % de vrais. Cependant je ne critique pas car c’est le but même de la littérature,….

  6. Hervé dit :

    Salut ! votre récit me ramène à de vieux souvenirs de fessées que j’ ai reçues moi aussi

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775