La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

La fessée plébiscitée

cuisantnoviciat.jpg 

par Mamie Charlotte

Mamie Charlotte ne pouvait pas rester muette dans ce grand débat qui mobilise les foules. Son point de vue ferait-il encore débat en cette période de brûlante actualité ? 

Tous les amis, qui me connaissent un peu au travers de mes Souvenirs, savent que je suis très critique sur la méthode d’éducation utilisée par mes petits-enfants pour leurs progénitures. 

Sans donner dans le laxisme ambiant ni s’adonner au culte de l’« enfant roi », ils sont victimes du climat actuel qui assimile une fessée donnée par un parent aimant à de la maltraitance. Ils lui préfèrent des punitions qu’ils jugent moins barbares comme la privation d’un loisir (parfois pendant tout un mois !) ou d’un objet désiré et refusent d’admettre que ce type de sanction perturbe plus la vie du gamin qu’une bonne fessée déculottée : les premières minutes, il a un peu de mal à s’asseoir mais, très vite, sa vie reprend son cours normal. 

Je ne peux m’empêcher de vous faire partager la satisfaction que j’ai éprouvée au cours d’une longue conversation téléphonique avec Laurence, la compagne de mon petit-fils Jérôme, qui m’a annoncé qu’ils avaient, enfin, renoncé à toutes ces punitions « modernes » pour les remplacer par la bonne vieille fessée dont nous reconnaissons tous ici les mérites. 

Laurence et Jérôme sont les parents de Zoé, âgée de 11 ans, et de Louis, 7 ans. 

Mais, laissons parler Laurence : 

« J’attendais Louis à la sortie de l’école quand Luna m’aborda : 

- Bonjour, Madame. Je suis bien triste. Je fête mon anniversaire mercredi mais Louis m’a dit qu’il ne pourrait pas venir et pourtant on se connaît depuis l’école maternelle et on s’aime bien. 

Louis nous rejoignit pendant que je lui répondais : 

- Il est puni et privé de sorties pendant deux semaines. Tu n’es jamais punie toi ? 

- Si mais jamais comme ça. Maman nous donne une bonne fessée, elle nous fait promettre d’être gentil et notre bêtise est oubliée. 

Louis se saisit de la perche qui lui était tendue pour me demander d’un air suppliant : 

- S’il te plaît, Maman, fais pareil ! Donne-moi une fessée et laisse-moi aller à l’anniversaire de Luna. 

En me disant qu’ils avaient bien préparé leur coup,  je lui répondis : 

- Réfléchis bien, tu me demandes de faire comme la maman de Luna et de punir toutes vos sottises par une fessée. On en parlera ce soir avec ton père et Zoé, mais il faut que vous soyez tous les deux d’accord : je ne veux pas vous traiter différemment ta sœur et toi. 

En rentrant à la maison, j’indiquais à mon fils qu’il devrait convaincre sa sœur mais que je n’étais pas persuadée qu’elle accepte le nouveau règlement. 

Après le retour de Zoé, j’entendis plus de bruits d’ouverture et de fermeture de portes que d’ordinaire du côté des chambres des enfants… 

Pendant que Jérôme m’aidait à la cuisine, je le préparais à la demande qu’allait nous faire Louis. Il en fut d’abord surpris mais se ravisa : 

- Tous les deux, nous en avons pris de bonnes lorsque nous étions gamins et nous n’en gardons pas un mauvais souvenir. Seulement ne compte pas sur moi pour m’occuper de Zoé. Je me vois mal lui donner sa première fessée à bientôt 12 ans ! 

Au dessert, j’annonçais : 

- Louis voudrait que l’on modifie le régime des punitions. 

Après un exposé au cours duquel il prôna l’abandon des sanctions en vigueur et l’adoption de la fessée, il interrogea sa sœur. Après s’être assurée que ce serait bien moi qui lui donnerais la fessée et que je la lui donnerais dans sa chambre en tête-à-tête, si j’ose dire, Zoé marqua un temps de réflexion avant de nous demander : 

- C’est bien. Mais il faut que vous nous promettiez de ne pas acheter de martinet, ça fait vraiment trop mal. 

Amusée, je lui répondis : 

- Tu sais, ce n’est pas si terrible. Papa et moi avons reçu de bonnes fessées au martinet quand nous étions petits. Mais je vous le promets, il n’y aura pas de martinet à la maison. Comment sais-tu que ça fait si mal ? 

- C’est Rudy qui me l’a dit. Sa maman a un martinet et elle l’utilise pour punir leurs très grosses bêtises. Bon ! Alors, je suis d’accord avec Louis. Mais si tu l’autorises à aller à l’anniversaire de Luna, tu dois me donner aussi une fessée et m’acheter le joli petit haut que tu m’as refusé la semaine dernière pour me punir. 

- Tu as raison ! Par qui je commence ? 

Voilà une famille revenue à la raison, et ce,  grâce aux enfants ! 

 

Illustration : Lafnet (Jim Black)

72 commentaires »

1 2 3 4
  1. Jean-Paul dit :

    Rassurez-vous, cher José… Yves m’a annoncé tout fier en rentrant à la maison que son équipe avait gagné le match et que lui-même avait marqué 5  » paniers  » stimulé peut-être par une chaleur rémanente sur son arrière train…. Je ne sais pas si, devant une nouvelle demande de substitution de punition, j’accéderais à l’accorder… Je suis certain en tout cas que je refuserai sans hésiter de remplacer une fessée au martinet décidée par une autre punition  » classique ».

  2. Laurent dit :

    Tout le monde a le même avis : une bonne fessée dure un temps limité, efface les fautes et constitue en général un moyen d’éviter la récidive.
    Les fessées que ma mère nous donnaient allaient dans ce sens : suivies d’une leçon de morale, elles se finissaient par un bisou de consolation, c’était fini (et nous ne recommencions pas les même bêtises en général).
    A l’inverse, la mésaventure survenue à mon copain Emmanuel a visiblement déplu. Si personne n’a contesté l’utilité de lui avoir administré une raclée et de l’avoir repris en main, le fait de l’avoir tondu et mis en petite tenue a été critiqué. S’il est vrai que cela l’a marginalisé, il s’agissait aussi de l’empêcher de traîner les rues et de le remettre au travail.
    Bien à vous, au plaisir d’en discuter. Laurent

  3. herbert7500 dit :

    bonjour Laurence
    je suis nouveau sur le blog. La fessée pour toi semble donner de bons résultats. Moi j’ai reçu une fessée par une soeur qui était également directrice d’école et je m’en souviens comme si c’était hier. J’en ai encore mal aux fesses ! Par contre, je suis papa de deux filles qui n’ont jamais reçu de fessées. Elles pouvaient être punies oui, mais par mise au piquet, privation, copiage de lignes, etc. Je pense que j’aurais eu du mal à leur donner la fessée…

1 2 3 4

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775