La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

La honte pour un petit curieux

Unknpar Jean Philippe

J’avais une camarade de jeux que je retrouvais durant les vacances qui avait un an de moins que moi. Chaque été, Anne et moi nous retrouvions dans nos villégiatures respectives en Normandie. Nous avions juste le chemin à traverser pour nous voir tantôt chez moi, tantôt chez elle. Sa maman, que j’appelais Tata, était aussi stricte que ma mère et, comme elle, n’hésitait pas à nous fesser si besoin était.

Un jour de temps exécrable, alors que nous étions installés sur le lit d’Anne pour jouer au Mille Bornes, j’eus envie de glisser un œil sous sa jupette pour apercevoir sa petite culotte de coton blanc. L’éveil des sens commençant à me titiller, je m’entendis lui dire soudain quelque chose comme « Anne, montre-moi ton minou ». Ou peut-être plus élégamment « J’aimerais voir ton minou ».

Oh mais c’est qu’elle prit très mal la chose ! Ses hauts cris attirèrent immédiatement sa mère qui était dans la pièce voisine.

« Qu’est ce qui se passe, Nanou ? »

« C’est Jean Philippe qui…, que… »

« Oh ! le vilain garçon ! Dis donc, Jean-Philippe, qu’est ce qui te prend de vouloir regarder sous la culotte des filles ? »

« Ben, Tata, je voulais jouer au docteur ! »

« C’est pas vrai M’man, Jean Philippe voulait voir mon minou. »

« Ah ! puisque c’est ça, Nanou, tu vas pouvoir regarder son zizi quand je l’aurai déculotté pour lui donner une bonne fessée ! »

Pas le temps de dire « ouf ! », les mains de sa mère avaient abaissé short et slip à mes chevilles. À demi-nu, j’eus beau pleurnicher et la supplier…

« Non, s’il te plaît Tata, pas la fessée !… Pas devant Nanou, je t’en supplie !… »

Elle m’allongea en travers de ses genoux et… en quelques claques retentissantes sur mes fesses toutes nues, j’éclatais en sanglots. Après cette fessée magistrale, Tata me remit debout et, sans prendre la peine de me reculotter, elle me sermonna devant Nanou.

HoHoho

Si ce n’était déjà fait avec d’autres garçons, c’est elle qui, ce jour-là, eut largement le temps de découvrir comment était un zizi.

N’ayez crainte, depuis le temps je me suis bien rattrapé !

Bien des années plus tard, nous avons souvent évoqué et ri de cet épisode de notre enfance. Devenue une amie et confidente, ma Nanou reste gravée dans mon cœur à tout jamais.

Illustr. : 1) Unknw – 2) HoHoho

 

5 commentaires »

  1. CLAUDE dit :

    Bonjour Jean Philippe. Alors on joue au petit voyeur ? Certes de tels comportements chez les jeunes et beaux garçons sont connus, surtout à l’adolescence. Mais Nanou n’a pas apprécié votre curiosité, ce qui vous a valu une petite fessé. Pas de martinet , heureusement. Cela n’aurait pas été mérité. Et je constate que Nanou est devenue « votre amie et confidente ». »gravée dans votre coeur à jamais » !Tout est bien qui finit bien ! CLAUDE.

    • Jean Philippe dit :

      Bonjour Claude,
      En effet, Nanou que j’ai connue à 8 ans, est restée très longtemps ma confidente. Nous nous sommes perdus de vue longtemps après, la maison de campagne ayant été vendue par mon père. Chacun de nous s’est marié de son côté, avons eu des enfants et avons pu nous côtoyer durant une bonne trentaine d’années en prenant comme date de point de départ 1961 (mes 8 ans et elle 7 ans).
      Cordialement,
      Jean Philippe

  2. Léonie dit :

    Bonsoir Jean Philippe,
    une histoire courte mais amusante. Il est aisé de comprendre la curiosité que nous pouvons avoir dès cet âge-là, mais cela ne permettait pas tous les comportements.
    Je trouve la punition plutôt bien adaptée et ni trop sévère, vous avez été pris à votre propre jeu en somme.
    Nanou vous a-t-elle reparlé de cet « incident » ?

    Cordialement
    Léonie

    • Jean Philippe dit :

      Bonjour Léonie,
      Bien des années plus tard, Nanou et moi nous nous sommes remémoré tous les incidents qui étaient survenus durant notre enfance et notre adolescence, surtout les fessées déculottées amplement méritées dont vous pouvez lire mes récits dans  » souvenirs et autres anecdotes de fessées ».
      Anne (Nanou) a pu découvrir à son tour mes parties intimes.
      Bien à vous
      Jean Philippe

  3. Marco dit :

    bonsoir à tous et Jean-Philippe,

    ces expositions, à l’insu de notre plein ou mauvais gré par la suite, prouve les risques de toute fessée déculottée : exposer la vue de son intimité frontale et cela devient de plus en plus difficile à supporter avec l’âge.
    Ce qui devrait aider à ne pas les provoquer ces fessées n’est ce pas Jean Philippe ?,

    mais quand on aime on ne compte plus le danger de ces expositions fortuites

    sourire de marco

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775