La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Le tour du monde de la fessée. 12 : Super fessée pour Sarah qui séchait l’école

Akai Oshiri-chan

par Pierrot

Sarah avait 12 ans et vivait aux Philippines dans l’île de Mindanao. Elle était la troisième d’une famille de huit enfants (6 garçons et deux filles, Sarah et une petite sœur de 6 ans).

Le père était ouvrier pêcheur et la mère éduquait les enfants et cultivait des fruits qu’elle vendait au marché pour arrondir les fins de mois.

Si le père était débonnaire, la mère était sévère. Pour discipliner ses enfants, elle utilisait une ceinture ou une canne en bambou. Les deux aînés étaient fouettés à la ceinture, mais elle était plus clémente avec Sarah et les plus jeunes qui ne recevaient que quelques coups de bambou.

Sarah n’était pas une élève très studieuse. Il lui arrivait de sécher l’école et, profitant que ses parents soient illettrés, elle remplissait elle-même les mots d’absence. Mais un jour…

Sa prof rencontra sa mère au marché et lui demanda pourquoi sa fille manquait si souvent. Elle l’informa aussi qu’elle était encore absente ce jour-là. Aussi la mère décida de lui demander des explications le soir quand elle rentrerait.

Quand Sarah rentra, ses frères et sa sœur étaient déjà à la maison ainsi que sa cousine Imelda âgée de 17 ans qui aidait sa mère au marché.

Sa mère lui demanda comment s’était passée sa journée. Sarah s’embrouilla dans ses mensonges et finit par avouer qu’elle avait passé la journée à jouer sur la plage avec des copines.

Sa mère lui annonça :

« Tu vas avoir une naglalakad [fessée] comme tu n’en as jamais eue ! Tes pigi [fesses] vont se souvenir longtemps de la ceinture. »

« S’il te plaît Maman, pas devant les garçons ! »

« Il fallait réfléchir avant ! Vous avez la chance de pouvoir aller à l’école, chance que ni votre père ni moi n’avons eue, et je veux que tout le monde ici voie comment on est puni lorsqu’on fait l’école buissonnière. »

Zekel 1

La mère alla chercher la large ceinture et ordonna à sa fille :

« Penche-toi en avant, soulève ta jupe et baisse ta culotte ! »

Penaude, Sarah obéit.

La mère brandit la ceinture et l’abattit sur le tendre postérieur de Sarah en y imprimant une marque rose. Vingt fois, la ceinture fendit l’air « swift ! » puis frappa bruyamment les fesses de Sarah « smaack ! ».

Pour sa découverte de la ceinture, Sarah fut courageuse, réussit à ne pas crier mais ne put retenir ses larmes. La correction terminée, toute la famille a pu voir les fesses de la petite effrontée couvertes de marques rouges.

Zekel 2

Sarah massa ses pauvres fesses puis rabaissa sa robe et prit sa culotte dans la main pour se rendre à la salle de bain où elle trempa son pauvre fessier dans une bassine d’eau fraîche pendant une vingtaine de minutes. L’eau atténua un peu la douleur.

Elle remonta ensuite dans sa chambre et se coucha sur le ventre.

Un peu plus tard, sa cousine vint la consoler. Voyant la croupe toute zébrée de Sarah, elle lui dit :

« Ta mère ne t’a pas loupée ! Tu as mal ? »

« Oui très ! » répondit Sarah d’une voix plaintive.

Kamitora

Imelda lui reprocha alors sa conduite. Elle lui affirma que l’école c’était sérieux et que l’instruction était indispensable pour pouvoir se débrouiller dans la vie.

Sarah reprit assidument l’école. Elle entra ensuite dans une école hôtelière et décrocha un diplôme de cuisinière qui lui permit de trouver un emploi dans un 4 étoiles à Cebu, une île très touristique.

Cette fessée a été une belle leçon pour elle et la rendit responsable !

Illustr. : 1) Akai Oshiri-chan – 2&3) Zekel – 3) Kamitora

 

 

 

 

9 commentaires »

  1. Marco dit :

    Bonsoir Pierrot,

    Grâce à vos récits, véritables documentaires, on fait la « Connaissance du Monde de la Fessée ».
    Celui-ci ne déroge pas à la règle et montre comment, appliquée à bon escient et au moment opportun, la fessée peut stopper net un mauvais comportement et remettre sur le bon chemin la « brebis » égarée.

    p’tite parabole de marco

  2. CLAUDE dit :

    Bonjour PIERROT. Oui, cette sévère fessée Sarah ne l’avait pas volée. Et l’humiliation d’être fouettée devant des garçons fut le complément bien venu de cette correction. Non seulement Sarah avait « séché l’école », mais, plus grave encore, elle avait gravement menti à ses parents, comportement d’autant plus aggravant que ces derniers étaient illettrés ! Sa cousine IMALDA lui reprocha à juste titre ce comportement qui ne méritait aucune excuse. Cette fouettée lui fut profitable au bon moment ! Amicalement. CLAUDE.

  3. duboisjp dit :

    Merci ! Vous avez raison je suis heureux que vous me suivez. Pierrot

  4. Anne-Sophie dit :

    Bonjour Pierrot,
    Comme quoi, la fessée peut être salutaire…
    Ici, nous voyons une Maman qui n’a pas eu la chance de faire des études, et voir sa fille gâchée pleinement cette possibilité… La fessée est verte, sévère, mais amplement méritée et aussi, expliquée.
    Cela me replonge comme Claude, à de lointains souvenirs d’adolescence… Pas mauvais fond, mais l’âge faisant, que je me rebellais un peu avec un comportement pas toujours en adéquation… L’école buissonnière fut l’occasion de ma dernière fessée déculottée, donnée devant ma fratrie… Châtiment ô combien puéril et honteux mais qui m’a été bénéfique et providentiel… J’ai saisi à cet instant qu’il était temps que je me prenne en main, et d’agir avec maturité et non, comme une écervelée !
    Je trouve dommage qu’on diabolise autant ce châtiment, sachant les bienfaits que cela peut apporter sur un comportement irrévérencieux.
    L’essentiel étant, de ne pas banaliser la fessée, elle doit rester exceptionnelle et toujours expliquée, sinon elle n’a pas de sens et s’avère inutile.
    J’ai reçu plusieurs fessées durant mon enfance, toutes méritées et expliquées, et à chaque fois, je « grandissais » de cette Leçon car cela me faisait réfléchir sur mon attitude inappropriée. Honte et douleur, qui caractérisaient mes fessées, faisaient partie de ma contrition et j’avais à cœur de devenir meilleure…

  5. Marco dit :

    Bonsoir Anne-Sophie,
    Que c’est joliment dit ! Quel plaidoyer pour la fessée !
    Utilisée à bon escient et modération, celle-ci s’avère utile pour recadrer et assagir des natures par trop impétueuses.
    En rajoutant que même sur-employée pour contenir certains tempéraments, elle garde (gardait devrions-nous dire) toute sa force sans risque de s’affadir.
    marco

  6. Anne-Sophie dit :

    Bonjour Marco,
    Que de compliments de bon matin !
    Utilisée à bon escient, oui. Sur-employée, je ne suis pas tout à fait d’accord car cela doit rester sévère, juste et constant.
    Une fessée méritée est toujours bien acceptée. L’enfant l’accepte, et à ce moment là, il tire leçon de sa correction.

    • Stéphanie dit :

      Bonjour Anne-Sophie,
      Je partage votre avis. Mes fessées étaient toujours méritées et me remettaient en place, même si elles me faisaient très honte puisque toujours données sur le lieu de la bêtise.
      Avec le recul, j’ai approuvé chacune d’entre elles, même la plus humiliante dans le village où nous étions connus. Elles ont compté dans mon évolution vers l’âge adulte.

    • Julie19 dit :

      Bonjour Anne-Sophie,
      Je suis d’accord sur le fait qu’une fessée donnée à bon escient est bénéfique, car elle recadre par rapport à la faute commise. Si elle est utilisée pour tout et rien, elle n’a plus aucun sens et perd de son sens pédagogique.
      Amitiés,
      Julie

  7. Mehdii dit :

    Bonjour et bravo Pierrot pour votre récit qui m’a beaucoup plu. En effet, s’il est concis il va droit but. D’ailleurs, tout comme la Maman de Sarah qui n’a pas fait dans le détail, sa progéniture a gravement fauté et trahi la confiance de ses parents il n’est que tout à fait mérité qu’elle soit sévèrement châtiée. Cependant, vingt coups de ceinture ça m’a surpris – de surcroît sa première fessée à la ceinture – pour cela je salue Sarah je lui tire même chapeau pour son courage exemplaire : ne pas s’agiter, ne pas crier… Sarah a su rester digne lors de son châtiment. Quant aux pleurs, ceci est une réaction bien normale. Cela m’arrive à ce jour lors d’une sévère fessée dont mon épouse se charge. Concernant le public qui a assisté à la correction, je n’y vois pas d’inconvénient. Au contraire, en accentuant la honte de la punie, cela lui fut bénéfique : à mes yeux trahir ses parents doit être punie de la manière la plus sévère.
    Bien à vous,
    Mehdii

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775