La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Le tour du monde de la fessée. 13 : Fessée de deux sœurs texanes

MediocreSFM  1

par Pierrot

Claire (18 ans) et Whitney (17 ans) étaient deux filles espiègles, blondes à la peau très claire. Elles étaient pom-pom girls et faisaient aussi partie d’une équipe de baseball.

Leurs parents Jack et Suzy les éduquaient de façon assez stricte.

La mère les gratifiait souvent de bonnes gifles ou de bonnes fessées données de sa paume vigoureuse qui laissait souvent des marques roses sur leurs petites croupes et les rendaient douloureuses pendant plusieurs heures.

Le père quant à lui, les corrigeait rarement, mais quand c’était le cas, il employait un paddle ou une brosse à cheveux pour frapper leurs fesses nues qui devenaient écarlates et si endolories qu’elles avaient peine à s’asseoir durant plusieurs jours.

Un jour d’été, elles avaient demandé à leur mère l’autorisation de participer à une fête chez leur amie Nancy dont les parents étaient à l’étranger et lui avaient promis de rentrer au plus tard à 22 heures.

Mais à 22 heures, personne, à 22 heures 30 toujours personne !

Les parents patientèrent encore, mais un peu avant 23 heures, n’y tenant plus, le père prit la voiture et se rendit chez Nancy. Là il trouva dans une atmosphère enfumée, une bonne douzaine de filles plus ou moins ivres sirotant de l’alcool de contrebande. 

Il passa un sérieux savon à ses filles et les obligea à rentrer. Quand elles furent dans l’auto, il leur annonça qu’elles auraient droit à une super fessée comme elles n’en avaient jamais eue.

Arrivés à la maison, elles eurent beau le supplier, le père leur ordonna :

« Penchez-vous en avant et baissez votre jean et votre slip ! Moi, je vais chercher le paddle. »

À son retour, il leur annonça :

« Vous recevrez chacune vingt-cinq coups sur les fesses. Je vais commencer par Whitney ! Toi Claire, va au coin en attendant ton tour ! »

MediocreSFM 2

À chaque coup de paddle, elle criait de douleur. Au bout de quinze coups, le père s’arrêta quelques instants et la gamine en profita pour masser ses pauvres fesses et implora :

« Daddy, pitié ! Je t’en supplie arrête, je suis toute déchirée ! »

Mais la correction reprit et insensible à ses prières, le père lui asséna encore dix coups. Ses fesses étaient écarlates et elle n’arrêtait pas de pleurer en se frottant les fesses. Entre deux sanglots, elle put dire :

« Ça brûle ! Mon derrière est en feu ! »

Son père l’envoya en pénitence dans un coin du salon, puis ce fut le tour de Claire.

Elle présenta ses fesses blanches à son père qui lui administra les vingt-cinq coups de paddle promis. Ses fesses passèrent au rose, puis au rouge pour finir écarlates. Contrairement à sa sœur, elle supporta stoïquement sa punition, serrant les dents et ne poussant que quelques gémissements. Après quoi, elle frotta ses fesses en feu.


MediocreSFM 3

Le père les envoya ensuite dans leur chambre. Elles passèrent d’abord par la salle de bains pour prendre une douche. Claire fit couler de l’eau fraîche sur le postérieur de sa soeur toujours en larmes avant de lui demander de la masser à son tour en lui disant qu’elle avait aussi mal qu’elle même si elle ne pleurait pas !

Dans leur chambre, elles se mirent en chemise de nuit et se couchèrent sur le ventre. Elles se caressaient les fesses et tandis que Claire gémissait un peu, Whitney sanglotait en répétant en boucle qu’elle avait trop mal.

Une demi-heure plus tard, leur mère vint dans la chambre, les sermonna en disant que l’alcool de contrebande peut être très dangereux pour la santé et que leur père et elle avaient été fort inquiets. Avant de leur faire un bisou en signe de bonne nuit, elle conclut par :

« Vous ne l’avez pas volée votre super fessée. Toi Whitney arrête de jouer les martyres ! Claire a reçu la même correction que toi et vois comme elle reste digne ! » 

Aubenoire

Pendant plusieurs jours, les gamines eurent besoin d’un coussin pour s’asseoir.

Elles ne goûtèrent plus jamais à l’alcool frauduleux et rentrèrent toujours chez elles à l’heure convenue.

Illustr. : 1,2,3) MediocreSFM – 4) Aubenoire

.

12 commentaires »

  1. Claude MARON dit :

    Bonjour PIERROT. Magnifique récit ! Il en dit sur les fessées au « paddle » des deux sœurs, deux adolescentes de 17 et 18 ans avaient dépassé l’âge de raison, mais au comportement écervelé de gamines ! Elles avaient la chance d’avoir des parents stricts, qui ne badinaient pas avec la discipline. De fait le paddle est l’instrument de correction le plus utilisé outre Atlantique. C’est généralement une sorte de fessoir en bois qui fait réellement très mal aux fesses et qui remplace avantageusement la main sur une paire de fesses quasi d’adultes. Bel exemple de l’efficacité du châtiment corporel administré à bon escient : « elles ne goûtèrent plus jamais à l’alcool frauduleux et rentrèrent toujours chez elles à l’heure convenue ».
    Merci cher PIERROT de nous offrir ce témoignage qui devait ouvrir les yeux à certains éducateurs de notre « douce France! « Amicalement CLAUDE.

  2. Marco dit :

    Bonsoir Pierrot,
    Merci pour ce nouveau récit que ne renierait pas une ligue anti-alcoolisme.
    Il y a quelques années on entendait en France le slogan : « un verre ça va, trois verres, bonjour les dégâts ! » Combien ces jouvencelles en ont-elles pris ?
    Si le papa n’était pas venu à temps, elles auraient pu en ingérer davantage, ce qui aurait été préjudiciable à leur santé. Ce qui l’a vraiment été, c’est de se prendre chacune une tannée formidable, car leurs derrières sont restés marqués plusieurs jours.
    Cette méga fessée a fait coup double, les punissant pour leur retard et leurs abus, mais cela ne valait-il pas mieux même reçue au seuil de la majorité que de se retrouver malades comme l’ont peut-être été leurs copines de boum ?
    marco

  3. Marco dit :

    Bonjour,
    Pour les jeunes amateurs de bêtises mieux vaut éviter le Texas. C’est un pays à la culture disciplinaire sévère développée et ça ne date pas d’hier. C’est aussi contemporain et touche encore les écoles d’aujourd’hui où le paddle est couramment employé. Le papa de ces deux jeunes filles l’applique en imposant la posture propre à ce type d’instrument.
    Ce n’est ni confortable, ni évident de rester debout penché en avant mains posées sur genoux pour présenter ses fesses éventuellement dénudées à la frappe du paddle.
    Déjà à travers un pantalon, un short ou jupe, ses claquées font des ravages, pour preuve des clichés pris slip baissé montrant des globes fessiers arborant deux calottes rouge tomate avec juste dix coups !
    Avec le même nombre, voire un peu plus du double reçu sur les fesses nues, nul besoin de faire un dessin : c’est un séant très sombre, une peau tuméfiée marquée de bandes cramoisies et violettes. On peut se demander comment une punie peut garder sa position tout au long du châtiment tant est grand le risque de choir.
    Heureusement que le père n’intervient qu’exceptionnellement, toutefois quelle angoisse à la promesse d’une telle correction !
    Elles ont beau être blondes, donc avec une peau se colorant vite, mais sur des sujets à la peau mate cela laisserait aussi de grandes traces.
    Et si ensuite on met plusieurs journées avant de ne pouvoir poser son derrière sur une chaise sans soucis je comprends mieux que la menace faite dans cette contrée de « vous rendre les fesses telles que vous ne pourrez plus vous asseoir pendant plus d’une semaine » tout à fait plausible.
    Ah oui ! au change, mieux vaut une claquée manuelle maternelle fût-elle la plus sévère possible car la gêne est passagère !

    marco

  4. celine1978 dit :

    J’ai fait un séjour dans une famille américaine, au Texas justement. Ils avaient un fils et une fille… j’ai vu les deux se faire corriger. Le garçon, un jeune homme de 19 ans, reçut le paddle à l’école et ses parents durent signer la feuille de punition… Il avait reçu 5 coups à l’école, il reçut a nouveau 5 coups a la maison… mais àla différence de l’école, à la maison c’était sur les fesses nues et non pas sur le jeans… et à18 ans il l’a reçu devant sa petite soeur et moi-même. Debout, les mains sur la tête et son pantalon et son boxer aux chevilles.
    La deuxième fessée au paddle fut pour sa soeur de 17 ans qui avait bu de l’alcool lors d’une fête… également reçu debout et cul nu… les fesses et le reste àla vue de tous.

    • Emilie dit :

      C’était en quelle année ?
      Je n’imaginais pas qu’en Amérique on donne encore la fouettée au paddle aussi tardivement en âge !…
      Bisous d’Emilie.

      • Marco dit :

        Chère Emilie,
        Je ne suis pas allé aux USA mais je sais grâce à internet que l’usage de la fessée au paddle ne date pas d’hier mais qu’elle se pratique encore, dans certains Etats, aujourd’hui de manière officielle dans des institutions scolaires.
        Dans ces conditions, il est facile d’en déduire que l’emploi dans les familles de ces régions se fait encore sans complexes. Je partage ton étonnement sur l’âge avancé de la réception des corrections, mais on peut supposer que c’est à cause de la grosse douleur qu’il engendre qu’on réserve cet instrument aux plus grands des ados !
        Se retrouver cul nu pour avoir les fesses marquées pour plusieurs jours par quelques coups d’une robuste planche en bois, à 18 ans passés, voilà qui a de quoi faire réfléchir.
        La preuve tu en es toute stupéfiée !

        Bises de marco

      • lepicurien24100 dit :

        Eh oui Emilie ! en Amériques et au Canada le paddle existe encore et même employé à cet âge-là !

      • celine1978 dit :

        Bonjour Emilie,
        ces fessées ont été reçues en 1995, j’avais le même âge qu’Aubrey la fille de la famille. Je ne sais pas si cela se passe toujours ainsi.
        Mais lors de mon dernier voyage au Texas, chez Aubrey qui est maintenant maman, il y avait le même Paddle que chez ses parents avec écris dessus « Attitude Adjuster » mais je ne sais pas si elle l’emploie avec ses enfants.

        • Emilie dit :

          Merci beaucoup Céline et les autres pour vos réponses !
          Céline, il faudra te renseigner pour ta copine Audrey si elle corrige ses enfants avec son paddle ?
          J’aimerais bien savoir…
          Si tu as vu ce paddle, certainement qu’il doit servir ! A moins qu’il ne serve pour Audrey elle-même… LOL !
          Bisous d’Emilie.

    • Marco dit :

      Bonjour Celine,

      ça doit jeter « un froid » d’assister à de telles corrections.
      Lequel s’est senti le plus gêné, le frère ou la soeur ?
      On pourrait croire que c’est peu (juste cinq coups) et que c’est donc symbolique, mais le fait que de grands adolescents en soient les sujets principaux prouve que chaque impact doit faire un mal de chien !
      Se prendre cette tannée tout déculotté debout mains sur la tête rend la correction « martiale » : du gade à vous pour le châtiment.
      Dans ces exemples, la double peine de la maison est pire qu’à l’école !

      je suppose que témoin de ces deux fessées exemplaires vous avez été, Céline, d’une conduite non moins exemplaire !

      marco

  5. Marco dit :

    Bonjour,
    Le récit de Pierrot et le témoignage de Céline montrent qu’au Texas (et aussi dans quelques autres États du même pays) il ne fait pas bon de se livrer aux excès.
    Qu’ils soient dus à une rentrée nocturne tardive au logis, à trop d’alcool bu, à des notes ou comportement scolaire calamiteux, ou à tout autre motif, voire à une combinaison de ces faits, la réponse est, pour les adultes éducateurs, parents ou membres de la famille identique : le paddle sur les fessiers !
    C’est ce que récoltent leurs ados des deux sexes et bien au-delà de leurs 15 ans !
    La rigidité de cette planche épaisse lancée à la volée rend l’impact bruyant et la cuisson instantanée se diffuse dans les chairs traversant facilement les couches de vêtements.
    Est-ce cela qui explique qu’il soit appliqué sur fonds de jeans, de shorts de jupes ou de robes dans les institutions ? Toutefois cet égard relatif pour la pudeur n’est pas de mise au foyer où ils se le prennent cul nu et souvent en public pour que la leçon porte mieux.
    Majoritairement reçu debout penché en avant (bien que d’autres positions soient faisables), le paddle impose un certain contrôle de soi pour garder la posture. Est -ce la raison pour laquelle le nombre de coups est limité ?
    Mais que ce soit sur l’étoffe des habits ou sur la peau nue, l’effet des impacts d’un ferme paddling est semblable, formant une large bande écarlate qui traverse les fesses et laisse sur leurs sommets un cercle bruni à violacé qui mettra des jours à s’estomper.
    Ces visions d’effroi font que je m’estime chanceux de n’avoir pas vécu là. La longue règle plate en bois du collège, toute proportion gardée, m’en a donné un avant-goût qui m’a suffi !
    (voir « fessées de collégien »)

    marco

  6. duboisjp dit :

    ces fessées étaient méritées car avec l’alcool frelaté cela peut provoquer des maladies

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775