La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Le tour du monde de la fessée. 6 : Malak, la petite falsificatrice

Horislav

par Pierrot

Malak était une jeune Marocaine de 12 ans, aînée d’une famille de trois enfants. Ses deux frères Mehdi et Hakim ont respectivement deux et quatre ans de moins qu’elle.

Leur père était très sévère et éduquait ses enfants avec de bonnes taloches (gifles et fessées). Quand ils avaient de mauvaises notes, leurs fesses et leurs cuisses chauffaient !

Deux mois auparavant, comme Malak avait rapporté un mauvais bulletin, elle eut droit à une paire de gifles puis à une vingtaine de formidables claques sur les fesses et les cuisses qui devinrent écarlates. Elle dut dormir sur le ventre la première nuit et ressentait la douleur lorsqu’elle s’asseyait encore le lendemain.

Après la fessée, son père l’avait prévenue que si elle s’avisait de rapporter à nouveau un bulletin aussi lamentable, il serait moins clément et il lui donnerait une fessée encore plus sévère.

Elle s’appliquait à ses études mais un jour elle rata une composition de mathématiques et obtint 6/35. Craignant la colère de son père et la sévère fessée qu’il ne manquerait pas de lui donner, au lieu de lui présenter son carnet de notes, elle imita sa signature.

Hélas, son professeur ne fut pas dupe et contacta son père qui lui annonça qu’il attendrait sa fille de pied ferme à la maison. Malak comprit qu’elle recevrait une super fessée.

VileMedia

Quand elle rentra, son père l’attendait et, en guise de bonjour, lui flanqua une paire de gifles aller et retour d’une violence telle qu’elle faillit tomber et qui lui colora ses joues d’écarlate. Il lui ordonna ensuite de poser ses affaires et demanda à Mehdi et Hakim de venir assister à la correction de leur grande sœur. Malak le supplia :

« S’il te plaît Baba, pas devant les garçons ! »

« Je veux qu’ils voient ce qu’il en coûte d’imiter ma signature et j’espère leur ôter à tout jamais l’envie de faire comme toi ! Allez, montre ton tarma [derrière en arabe], penche-toi en avant et baisse ton slip ! »

« S’il te plaît Baba, pas cul nu devant eux ! »

« Dépêche-toi ! Il faut que je retourne travailler, conclut-il en enlevant sa large ceinture. Tu vas recevoir cinq coups sur les cuisses et dix sur les fesses. »

Le derrière et les cuisses couleur ivoire de Malak allaient bientôt changer de couleur.

Andrew Wolkoff

Son père leva sa large ceinture et l’abattit sur ses cuisses imprimant une marque rouge. Malak serra les dents pour ne pas pleurer devant ses frères. Cinq fois la ceinture s’abattit sur ses cuisses, elle souffrait mais ne poussa pas un cri alors que des larmes coulaient de ses yeux et que ses cuisses étaient zébrées.

Dans la foulée, et sans permettre à la pauvrette de souffler un peu, la correction continua sur les fesses déjà bien développées pour ses 12 ans. La large ceinture frappait violemment le postérieur dénudé imprimant à chaque fois une marque rougeâtre. Au bout de six coups, Malak cria entre deux sanglots :

« Baba j’ai trop mal, mon tarma me brûle ! C’est promis, je ne tricherai plus. Je suis assez punie. Arrête je t’en supplie ! »

« Je t’ai annoncé dix coups et tu dois encore en recevoir quatre ! »

La punition continua. Quand cette horrible ceinture frappait un endroit déjà atteint, elle provoquait une explosion de douleur qui la fit crier :

« Baba je suis toute déchirée ! J’ai trop mal ! »

Mais son père fut sourd à ses supplications.

Au bout des dix coups annoncés, Malak pleurait toutes les larmes de son corps. Son père remonta le slip, rabaissa la jupe et envoya sa fille dans sa chambre, tandis qu’il retournait à son restaurant.

Mehdi alla trouver sa grand-mère et lui raconta ce qui venait de se passer. Elle monta dans la chambre de sa petite fille et la trouva en larmes, couchée sur le ventre avec une serviette humide sur les fesses et les cuisses. Elle sécha ses larmes et caressa ses joues en la sermonnant et lui faisant promettre de ne plus recommencer. Malak acquiesça puis ajouta :

« Hana [grand-mère] si tu savais ce que j’ai mal. Tout me brûle, je ne peux plus le supporter ! »

Kamitora

La grand-mère alla chercher des glaçons et les appliqua sur les cuisses et les fesses brûlantes de sa petite fille, ce qui diminua un peu la douleur. Elle les massa ensuite avec une lotion à l’huile d’argane, lui mit sa djellaba, puis Malak se coucha sur le ventre et finit par s’endormir.

Le lendemain, Malak eut du mal à s’asseoir et il fallut plusieurs jours pour que les marques disparaissent.

Malak écouta sa grand-mère, s’appliqua en mathématiques et après son baccalauréat entra comme hôtesse de l’air à Royal Air Maroc. Depuis elle est devenue chef de cabine.

Illustr. 1) Horislav – 2) VileMedia – 3) Andrew Wolkoff  – 4) Kamitora

4 commentaires »

  1. Chris B dit :

    Bonjour,
    Malak avait moitié mérité sa fessée si je puis dire car c’est la peur qui l’a poussée à signer à la place des parents.
    D’ailleurs qui n’a pas cela une fois, changer la note ou signer ?
    Le tout était de ne pas se faire prendre et ne pas réitérer cela plusieurs fois !…

  2. CLAUDE dit :

    Bonjour Pierrot. Merci de nous raconter les « fiévreuses » mésaventures de Malak si judicieusement illustrées. Une fessée,si sévère soit elle quand elle conduit à un métier n’est pas à regretter ! Sans compter que Malak n’avait pas volé la sévère fouettée paternelle. Falsifier une signature est une erreur typique d’une adolescente immature,comme l’était Malak Merci à sa grand mère ! Amicalement.CLAUDE.

  3. Julie dit :

    Bonjour à toutes et tous,
    C’est une bien belle fin, comme quoi, en travaillant et en persévérant, nous avons toutes les possibilités de faire un beau métier. Chef de cabine est une place de choix, dans une grande compagnie aérienne.
    La punition a été particulièrement sévère, car la ceinture crée des brûlures sur toute la partie fouettée, sans compter que le bout du cuir cingle davantage la chair. Même en étant courageuse, on ne tient pas longtemps avant de crier, de pleurer et de promettre tout ce qu’on nous demande.
    Amitiés.
    Julie.

    • Jean Philippe dit :

      Bonjour Julie,
      J’ignore quel âge à Malak aujourd’hui ?
      Mais il m’arrive de prendre l’avion pour me rendre au Maroc et je voyage quelque fois par  » Air Maroc « .
      Mon prochain voyage prévu après l’autorisation d’ouvrir les frontières (en principe début octobre), je ne manquerai pas d’interpeller l’hôtesse pour savoir si elle se prénomme Malak et si c’est le cas , nous nous raconterons nos fessées durant notre enfance :-)
      Amitiés
      Jean Philippe

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775