La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Les deux copines

Otto

par Jean-Philippe

Un arrière-goût de trop peu !

Le récit « Mes cousines » qu’Eric93 vient de publier a fait remonter en moi le souvenir d’une aventure à peu près analogue que j’ai vécue alors que j’étais beaucoup plus âgé que lui.

Je venais de rencontrer une fille qui deviendra un an plus tard mon épouse. J’avais 22 ans et elle 19.

Nous étions partis en weekend dans la maison de campagne que m’avaient laissée mes parents et nous étions accompagnés de la meilleure amie de ma copine. Elles se prénommaient toutes les deux Dominique.

Il faisait un temps splendide et nous avions installé la table dans le jardin pour le repas. Nous étions en train de converser sereinement lorsque ma copine me demanda :

« Jean-Philippe s’il te plaît, peux-tu nous laisser entre filles ? »

Le fait de m’évincer soudain me déplut et je décidai de rester à leur côté, ce qui énerva ma copine qui répliqua instantanément :

« Jean-Philippe, je t’ai demandé de nous laisser toutes les deux ! Ne m’oblige pas à me lever si tu ne veux pas que je te fesse devant Dominique. »

Elle m’avait certes déjà fessé mais dans l’intimité, et comme je ne pouvais pas croire qu’elle oserait le faire devant sa meilleure amie, je rétorquai :

« Tu n’oseras pas me fesser devant Dominique ! »

Grossière erreur car tout alla très vite ! Ma copine se leva de sa chaise, vint vers moi avec un visage sévère et me prit par la main m’obligeant à me lever à mon tour. Je n’opposai aucune résistance, sachant que de toute façon j’étais fautif. Elle saisit à deux mains mon bermuda qu’elle baissa et comme par hasard le slip vint avec. Je me retrouvai les fesses à l’air devant sa meilleure amie que j’observais en rougissant. Elle me toisa d’un sourire moqueur que je traduirais par : « cette fessée tu l’as bien cherchée, tant pis pour toi ! ».

Ma copine me courba et me bloqua entre ses jambes au niveau de mes épaules m’empêchant ainsi de me débattre. Les premières claques tombèrent sur mon derrière. Je serrais les dents mais la fessée s’intensifia et mes fesses se mirent à chauffer. Je poussais quelques cris et dis :

« Aïe ! Tu me fais mal ! »

Unkw

 

Mais elle ne tint pas compte de mes jérémiades et continua à rougir mes fesses. Les dernières claques furent si virulentes que j’en eus le souffle coupé et j’éclatai en d’énormes sanglots.

Ma copine me releva et m’ordonna :

« Maintenant, tu vas t’excuser auprès de Dominique et après tu nous laisses tranquilles ! »

Sans broncher, je remontai mon slip et mon bermuda et après avoir présenté mes excuses, j’allai m’isoler à l’intérieur de la maison.

Cette fessée me rappela celles reçues durant mon enfance mais je me suis demandé si je n’aurais pas aimé être fessé dans la foulée par sa meilleure amie qui, j’en suis certain, ne demandait que ça !

Illustr. : 1) Otto – 2) Unkn

 

34 commentaires »

1 2
  1. CLAUDE dit :

    Bonjour Jean Philippe.
    J’apprécie beaucoup votre commentaire. Et même si c’était à Bénédicte qu’il était destiné, permettez moi quelques réflexions un peu sévères mais en toute amitié. Je n’ai rien contre la fessée érotique, loin de là! Mais dans votre récit, vous paraissez effondré par la fessée que vous aviez méritée et sciemment provoquée. Je trouve que pour une fessée érotique un peu plus de courage aurait été le bienvenu.,En toute amitié. CLAUDE

  2. Marco dit :

    Que de beaux échanges entre Jean-Philippe et Claude auxquels Bénédicte donne ses conseils avisés. J’ai hâte de connaître la suite. Si vous aimez pratiquer la fessée publique alors comme j’aimerais le rôle de témoin, ne serait-ce que pour voir Claude puni par Bénédicte.
    Quelle belle correction exemplaire ce serait ! hummmm… Je compatis aussi aux futures mésaventures de Jean-Philippe. Dans quel traquenard cuisant s’est-il dirigé? Mais puisque cela semble arranger tout le monde il faut en effet qu’il laisse venir et s’y prépare. Hummmmm…
    J’en conclus aussi qu’il convient de se méfier de Bénédicte. Bien qu’elle soit principalement « receveuse », j’éviterais de la mettre en colère car sa grande expérience lui donnent des talents de « donneuse » que je n’ai pas envie de goûter sur mon envers.
    Salutations amusées de Marco

    • Bénédicte dit :

      Bonjour Marco,
      oui, je pense bien aussi que Jean-Philippe ne va pas tarder à connaître de sérieuses fessées de la part de sa compagne et de son amie.
      Pourquoi se méfier de moi, cher Marco ? Je suis surtout receveuse et j’aime cela, mais il m’arrive aussi de donner, ce que j’aime aussi, cela surtout avec des amies qui l’apprécient. Ce goût a commencé au début de notre adolescence puis surtout en fac car j’étais loin de la maison et du martinet. Nous avons donc comblé le vide (voir « Fessées entre filles »).
      Cordialement à vous de Bénédicte « la fouetteuse » !

      • Emilie dit :

        Ma chère Bénédicte…
        Tu me donnerais la fessée à moi aussi ?
        Je crois que j’adorerais…
        Gros bisous d’Emilie.

        • Marco dit :

          Bonsoir Emilie,
          pardon de m’immiscer dans votre dialogue. Ce n’est pas encore la période des voeux, toutefois vous êtes si gentille que je doute pas que vous trouviez une charmante personne pour s’occuper de votre joli derrière.
          Cordialement

          marco

        • Bénédicte dit :

          Bonjour petite et chère Emilie, oui bien sûr si tu le désires. Je décrocherai le martinet pour notre grand plaisir mutuel, et tu aimeras c’est sûr. Va voir »fessées entre filles »,cela te montrera ce que des filles peuvent faire !
          Petits bisous de Bénédicte

      • Marco dit :

        Bonjour Bénédicte
        Merci pour votre réponse qui me touche. Votre franche spontanéité à l’égard de Claude est remarquable. Lui faire une observation et oser l’inviter – virtuellement- à venir recevoir sa correction au martinet est faire preuve d’une attitude bien « culottée » ! Si j’étais à sa place je ne résisterais pas.
        Puisque ce sont vos amies qui goûtent à vos talents, ni Claude ni moi n’avons donc à rien à craindre. Dommage ! Bravo aussi pour votre passion communicative.
        Salutations déférentes à Bénédicte-la-Fouetteuse !

        marco

        • Bénédicte dit :

          Bonjour Marco,
          oui ce sont des amies qui y goûtent c’est vrai, et avec plaisir partagé. Mais étant pour l’égalité femme-homme je me ferai un plaisir d’exaucer vos désirs de punitions
          Très cordialement de Bénédicte

          • Marco dit :

            Bonsoir Bénédicte,

            Si vous pouviez me voir…., à la lecture de votre réponse j’en rougis et je crois que ce serait/sera encore plus intense si nous nous rencontrions.Vous décrivez si bien votre éducation à l’aide du martinet et ce qui s’en est ensuivi une fois devenue grande que cela donne une très grande envie d’y goûter. Avec une éducatrice expérimentée telle que vous je serais certain d’être entre de bonnes mains ou plutôt, de bonnes lanières !
            Partageant ce souhait pour l’égalité femme-homme je me ferais un plaisir d’accepter votre proposition à la condition que cela ne nuise ni ne perturbe votre univers ou réalité.
            Je baise votre main.

            marco

        • CLAUDE dit :

          Bonsoir Marco. Oui, j’ai de la chance d’avoir Bénédicte comme « directrice morale »! Effectivement, toute virtuelle qu’elle soit sa « proposition » est très excitante ! Sacré Bénédicte ! Pour moi penser à une jouissance coupable est déjà une faute méritant punition. Mais on verra. La nuit porte conseil. Ce soir, je m’endormirai en pensant à Bénédicte en train de….me donner le martinet ! Amicalement à vous et à Bénédicte. CLAUDE

1 2

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775