La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Fessées d’outre-Quiévrain–18 Les fesses zébrées de Marie-Pierre

John Moore

par Pierrot

Nous sommes en 1967.

Comme Marie-Pierre, adolescente de 14 ans placée dans un foyer, était assez rebelle et en pleine crise d’adolescence, son éducatrice Mlle Jacqueline devait de temps en temps lui flanquer une bonne volée pour remettre les pendules à l’heure.

Un jour après l’école, elle alla avec quatre amis dans un café. Ils commandèrent tous des tangos (bière panachée avec du sirop de grenadine qui masque le goût de l’alcool) et chacun paya sa tournée. Au bout des cinq verres de trente-trois centilitres, elle avait la tête qui tournait.

Elle rentra au foyer avec deux heures de retard en espérant pouvoir regagner discrètement la salle d’étude où les pensionnaires travaillaient en attendant l’heure du dîner, sans rencontrer d’éducateur.

Mais catastrophe ! Mlle Jacqueline était là.

L’éducatrice lui demanda des explications sur son retard, Marie-Pierre lui répondit en bredouillant qu’elle avait raté son bus et qu’elle avait dû attendre le suivant.

« Tu rigoles ! Il y a un bus toutes les vingt minutes. Où as-tu traîné pendant plus d’une heure ? »

« Euh… »

« Mais tu es ivre ! »

« Ce n’est pas possible Mademoiselle, je n’ai bu qu’un verre. »

« Avec seulement un verre, tu n’aurais pas été dans cet état. Tu te fiches de moi, tes fesses vont le sentir ! Je vais chercher la « cane ». »

« S’il vous plaît Mademoiselle, pas devant les garçons. »

« Il fallait réfléchir avant ! Leur présence ajoutera à ta honte. »

L’éducatrice revint avec le long bâton que les fesses de Marie-Pierre ne connaissaient que trop bien et lui ordonna :

« Penche-toi en avant, soulève ta jupe et baisse ta culotte ! »

Kane.spec Cartoon

Elle était rouge de honte que tous les pensionnaires voient ses fesses nues. Certains ricanaient mais beaucoup avaient de l’empathie.

L’éducatrice brandit la « cane » qui fendit l’air et s’abattit sur les fesses de l’infortunée, les balafrant d’une longue marque rose. Marie-Pierre serra les dents pour ne pas crier. Il y eu un second coup qui fit « swift… paf » tandis que Mlle Jacqueline lui disait :

« Je vais t’apprendre à boire comme ça, espèce de petite dévergondée ! Tu vas recevoir vingt-cinq coups et j’espère que cette fessée te servira de leçon. »

Pendant les douze premiers coups, elle réussit à ne pas pleurer. Mais ensuite lorsque le bambou frappait des endroits déjà marqués, la douleur étant trop forte, elle poussait des cris étouffés entre deux sanglots. Ses deux fesses étaient couvertes de longues traînées rougeâtres, ce qui fit dire à un des gamins :

« Les fesses de Marie-Pierre sont toutes zébrées. Son pète doit être en feu ! »

D Adams

En pleurant à chaudes larmes, Marie-Pierre remonta sa culotte, baissa sa jupe et alla dans sa chambre. Elle ôta sa culotte avant de se coucher sur le ventre et frotter ses pauvres fesses.

Au bout d’une dizaine de minutes, Liliane une pensionnaire de 18 ans, vint la réconforter. Très bonne élève, elle voulait faire des études supérieures et aidait les autres pensionnaires. Marie-Pierre craqua et dit en sanglotant :

« J’ai trop mal, il me semble que mes fesses sont en feu ! »

Liliane avait apporté des glaçons et en frotta les fesses de l’infortunée tout en lui faisant la leçon. Elle lui rappela qu’elle n’avait jamais refusé d’aider quelqu’un dans sa scolarité et l’assura qu’elle pouvait toujours venir lui demander conseil.

Marie-Pierre dut manger à genoux pendant deux jours et ensuite eu besoin d’un coussin pour s’asseoir.

Ukio

Marie-Pierre devint plus sérieuse et entra dans une école hôtelière. Après avoir travaillé une dizaine d’années chez les autres, elle ouvrit une boutique de traiteur dans la banlieue de Bruxelles qui ne désemplit pas, certains de ses clients faisant des kilomètres pour venir se servir chez elle.

On ne sait pas si c’est la fessée ou les conseils de Liliane, avec qui elle est toujours en contact, qui la mirent sur le bon chemin…

Liliane quant à elle a pu faire des études supérieures et est aujourd’hui une pédo-psychologue reconnue.

Illustr. : 1) John Moore  n 2) Kane.spec Cartoon – 3)  D Adams – 4) Ukio

Un commentaire »

  1. Marco dit :

    Bonjour Pierrot,

    Ce sont sans doutes les deux la fessée et les conseils avisés de sa camarade de pension qui l’ont aidée à devenir quelqu’un de bien ayant réussi.
    Comme quoi la bonne discipline à l’ancienne des années 60 avait du bon.

    marco

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775