La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Les heurs et malheurs de Sylvie : la vengeance

Les heurs et malheurs de Sylvie : la vengeance fessée3-294x300

par  Alain C…

 Suite à une bonne fessée reçue pour avoir émis un chèque d’une gros chiffre sans mon accord préalable, ma femme Sylvie, après retroussé sa robe et baissé son collant et sa petite culotte pour examiner sa croupe écarlate et brûlante dans le miroir de l’armoire, m’offrant ainsi un supplément au spectacle le plus plaisant de la journée, m’avait prévenu  tout à trac :

« Regarde ce que tu m’as fait ! Je me vengerai ! »

Et bien, figurez-vous que, quelques semaines plus tard, elle tenait parole !

A l’époque , nous habitions à Nancy et, pour nécessité professionnelle, je me me rendis en voiture à Paris la veille du week-end de Pâques. Ce déplacement n’étant l’affaire que d’une bonne demie journée, Sylvie me fit promettre de lui téléphoner dans la soirée sur la route du retour.

A mi-chemin, je fis halte dans un restoroute avec l’intention de l’appeler. Malheureusement, toutes les cabines téléphoniques étant occupées, j’en profitai pour me restaurer me promettant de renouveler mon appel après le repas. Comme un étourdi, je repris le volant sans plus y penser. Bien entendu, ma femme me reprocha mon oubli dès mon arrivée à la maison. Bêtement, comme un garçonnet pris la main dans le pot de confiture, je mentis en prétextant  que je n’avais pas trouvé de cabine téléphonique.

Ne croyez pas que je m’en sois tiré à si bon compte !

De retour de notre week-end pascal en Champagne, chaque fois que Sylvie apercevait une cabine téléphonique sur une aire de repos, elle me la faisait remarquer avec une étrange insistance. Une fois chez nous, elle me déclara qu’elle n’aimait ni les menteurs ni les gens de mauvaise foi et qu’en conséquence, ce serait mon tour d’être puni. Et ma punition allait être une fessée !

J’eus beau fanfaronner, lui affirmer que la fessée était réservée exclusivement aux « vilaines grandes filles », elle me répondit que son côté « suffragette » l’incitait à penser le contraire et qu’en vertu de l’égalité des sexes, il n’y avait pas de raison  pour  que les « vilaines grandes filles » ne puissent pas fesser elles aussi les « méchants grands garçon et menteurs de surcroît ».

Mes dernières fessées remontaient à une bonne dizaine d’années, lorsque j’étais adolescent. C’étaient principalement des fessées déculottées administrées de la main de ma tante pour me préparer studieusement à mon entrée au lycée. J’avais également reçu une fessée particulièrement mortifiante de la main de ma jeune voisine pour me punir d’avoir eu la mauvaise idée de regarder sous sa jupe en montant l’escalier de notre immeuble.

J’étais loin de m’imaginer de me retrouver un jour dans la même position, affalé et immobilisé sur les genoux de ma femme !. Or c’était précisément ce que ma femme me faisait comprendre maintenant sans le moindre doute possible. Sylvie avait déjà pris place sur une chaise de la chambre et, tout en remontant sa jupe tout en haut de ses cuisses gainées d’un collant, Sylvie me fit signe de m’approcher

Je ne pouvais que lui obéir tel l’adolescent que j’avais été autrefois quand ma tante devait me fesser. Je la laissai donc défaire ma ceinture et l’agrafe de mon pantalon, puis abaisser la fermeture de ma braguette. Je me retrouvai debout devant elle en slip, mon pantalon autour des chevilles.

«Allez, hop  ! Maintenant, allonge-toi sur mes genoux ! »

impossible de résister à pareille détermination ! Je m’allongeai en travers de ses cuisses, mes deux mains prenant appui sur le sol, mes fesses restant l’air. Elle commença à les tapoter avec des petites claques ressemblant plutôt à des caresses

« Voilà un derrière qu’il ne faut pas faire attendre ! »

Je sentis alors qu’elle baissait mon slip. Elle me donna une autre petite claque pour m’inviter à décoller mon ventre de ses cuisses pour un déculottage dans les règles.

« Une bonne fessée, ça se donne sur les fesses nues, Monsieur ! C’est bien ce que tu me dis et fais lorsque je ne suis pas sage, pas vrai ? »

Bien entendu, elle n’attendit pas la réponse pour abaisser mon slip fut descendu au-dessous de mes genoux, mon pubis frottant contre le nylon de son collant. il y eut une pause durant laquelle je suis certain que, tout comme moi en pareilles occasions les rôles étant inversés, Sylvie contemplait mon postérieur nu, un petit sourire de satisfaction sur ses lèvres.

Soudain, la fessée démarra. Claquante et cuisante dès le départ. Les claques que m’administrait Sylvie  étaient de bonnes claques, vigoureuses, sèches, bien espacées meurtrissant une fesse après l’autre.

Par fierté masculine, je m’efforçais de résister à la douleur naissante, retenant mon envie de crier et de la supplier. Jamais je n’aurais pu imaginer que mon épouse pût être aussi forte. Sa main ne ralentissait pas et bientôt la chaleur cuisante et la douleur devinrent insupportables. Je me mis à soudain à crier tandis que des larmes commençaient à  mouiller mes joues.

Croyez-vous qu’elle ait eu pitié de moi ?

Insensible à mes supplications, Sylvie continuait imperturbablement à me fesser un bras fermement enroulé autour de  ma taille, tandis que je gigotais, me débattais en travers de ses cuisses. Mais les claques se succédaient, toujours aussi fortes et retentissantes sur mes fesses en feu, ravivant le souvenir ému de ma chère tante.

C’était le même genre de fessée, tout aussi rapide et intense, et dont mes fesses ne ressortaient jamais indemnes. Soudain Sylvie s’arrêta. Le bruits des claques cessa. Je restai prostré en travers de ses cuisses, des flammes brûlantes léchant mon fessier fesses jusqu’à ce que Sylvie m’invite à me relever. Une fois debout, tandis que je remontais ensemble slip et pantalon, Sylvie, le visage rayonnant , tout en lissant la main punisseuse sur ses cuisses pour la rafraîchir, m’annonça que chaque fois que je m’aviserais à lui menti, je serais fessé comme un« gamin »

Elle ajouta que puisque j’avais découvert les effets bénéfiques d’une bonne « fessée cul nu » (je ne lui avais pas fait de confidences sur mes fessées de jeunesse), je n’aurais plus l’hypocrisie de lui demander si cela faisait mal quand je la fesserais plus tard

Croyez-moi une fois encore : en 30 ans de mariage, plus jamais je ne lui ai menti.

3 commentaires »

  1. Emilie dit :

    Merci pour ce beau récit !Tu as bien fait Sylvie de fesser ton mari !Pourquoi n’y auraient-ils pas eux aussi droit à la fessée, nos hommes ? Alain, Sylvie t’a-t-elle donné d’autres fessées ? Et toi, la fesses-tu toujours ?
    Bisous d’Emilie à tous les deux !

  2. Nelly dit :

    Bonsoir,
    Voilà une fessée donnée à bon escient et amplement méritée et si 30 ans après il n’y a plus eu de mensonges c’est que celle ci a eu l’effet escompté. C’est très bien cela qu’entre adultes responsables on admette ses fautes, l’un comme l’autre, et que la fessée soit appliquée au ou à la fautive.
    Je vois que je ne suis pas la seule qui lors d’une bonne fessée ne peut retenir ces larmes et cris.
    J’ai lu les récits des fessées de Sylvie, mais pour vous Alain y en a-t-il eu d’autres ? Peut être qu’il en est encore ainsi pour Sylvie ?
    Finalement, il y a pas d’âge pour ne pas être sage et pas d’âge pour qu’une bonne fessée nous arrive.
    Bises Nelly

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775