La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Ma première fessée déculottée

Ma première fessée déculottée sassy-41yeux-ouverts-235x300

Par Jean-Phi

Ma première fessée déculottée remonte à mes 9 ans. Ce jour-là, j’étais prêt à partir pour l’école, le cartable déjà accroché dans mon dos.

Soudain, j’entendis ma mère me dire :

« Je suis certaine d’avoir posé un billet de 50 F sur la table du salon. Il a disparu. Tu n’aurais pas une petite idée où il se trouve ? »

L’inquiétude me gagna aussitôt car je n’étais pas innocent (comme on le verra dans un autre récit « Rien de tel que la fessée pour remettre dans le droit chemin » ; c’est dans ces âges que la fessée me fit passer l’envie de chaparder sans raison).

Ma mère vint vers moi et dit d’un ton ferme :

« Jean-Phi, vide tes poches ! »

Je lui obéis sans rien dire.

Rien dans mes poches ! Ouf !

« Maintenant enlève ton cartable que je vérifie quelque chose ! »

Et là, je me mis à paniquer. Le rouge me venant aux joues, ma mère s’en aperçut aussitôt.

Le cartable à terre, elle l’ouvrit et prit ma trousse qui était au-dessus. Je me sentis rougir de plus en plus fort. Le billet de 50 F était à l’intérieur.

« Tiens, tiens ! Que fait ce billet dans ta trousse ? »

« Je voulais m’acheter un goûter et des bonbons ! » trouvai-je à dire dans mon affolement.

Atterré, je vis ma mère piquer une colère froide. Sans rajouter une parole, elle me fit ôter mon manteau, puis s’en prit à mon pantalon qu’elle défit rapidement. Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait. Pourquoi défaisait-elle mon pantalon au moment de partir pour l’école ?

« Mais, Maman, je vais arriver en retard à l’école et la maîtresse va me punir ! »

Toujours sans répondre, ma mère continua à me déculotter et, le pantalon aux genoux, elle saisit alors mon slip blanc qu’elle baissa énergiquement.

J’étais presque nu comme un ver sur le seuil du vestibule comme cela ne s’était jamais produit. Que voulait-elle ? Qu’allait-elle me faire ?

Ma mère me tira vers une chaise où elle prit place. En un clin d’œil, je me retrouvai affalé en travers de ses genoux, mon derrière nu en l’air. Et là, elle commença à claquer mes fesses d’une main énergique.

Elle me fessa fort, vraiment très fort. Il me semble que je ne bougeais pas, trop surpris par la soudaineté de ce qui m’arrivait. Jamais je n’avais connu pareille situation à part quelques petites tapes sur les fesses. Là, les claques tombaient dru, une déferlante abominablement cuisante. Ma croupe me brûlait tellement que je me mis à pleurer très vite et même à crier.

La fessée terminée, ma mère me reculotta et m’emmena à l’école sans plus tarder. Durant tout le trajet, elle ne prononça pas un mot, mais dans ma tête, la relation entre le vol du billet, le bruit des claques retentissant encore dans mes oreilles joint à la sensation persistante de brûlure dans le fond de mon pantalon valait toutes les explications.

Je me souviens parfaitement de cette première fessée déculottée qui fut suivie de bien d’autres car ma mère continua à me corriger de cette façon jusqu’à mes 15 ans.

Des années après, j’estime encore que la fessée reste la meilleure façon, voire la plus simple, d’être puni.

 

Illust. : Sassy

 

 

 

15 commentaires »

  1. Marco faicé dit :

    bonjour Jean Phi,
    parfaite entrée en matière pour une découverte de la fessée déculottée
    histoire sans paroles, mais était-ce nécessaire à votre maman de s’expliquer ?
    Le temps manquait et pourtant, vu la gravité de la faute et le flagrant délit, il fallait frapper fort et sur-le-champ, d’où cette déculottée surprise et marquante. J’aimerais savoir si, pour les suivantes, votre maman a continué d’agir de même ou si elle a un peu modifié sa méthode. Je pense aux fessées reçues à l’adolescence, ça ne devait pas être évident !
    Merci de vos précisions.

    marco

  2. monenfance88 dit :

    Salut Jean-Phi, cette fessée était vraiment méritée, mais tu as eu de la chance dans ton malheur car tu aurais pu recevoir le martinet pour ce vol. Moi, dès l’âge de 8 ans, toutes les fessées que je recevais étaient déculottées et au martinet. Et j’étais fessé pour bien moins que ça !
    Mon seul vol, si l’on peut dire, je l’ai commis lorsque j’avais 5 ou 6 ans. Je fus surpris par Maman le doigt dans un pot de confiture, grimpé sur une chaise pour atteindre le pot dans un placard. Circonstance aggravante car il m’était interdit de monter sur une chaise à la cuisine qui était carrelée et où une chute aurait pu être grave. Résultat : je fus déculotté et copieusement fessé, heureusement seulement à la main.

  3. Jean-phi dit :

    Les fessées qui ont suivi jusqu’à mes 16 ans ont été administrées sans que je me défende. Ma mère m’avertissait toujours de la punition qui allait arriver. J’en étais conscient, mais je testais ma mère à chaque fois et, lorsque la fessée arrivait,je l’acceptais sans broncher. Ma mère, prof de gym, n’avait pas de difficulté à m’attraper même si je courais pour éviter la fessée.
    Ma dernière fessée déculottée me fut donnée à 16 ans; je courus dans le jardin pour échapper à la punition, mais ma mère me ramena à la maison. Là, devant ma copine âgée de 15 ans, elle n’hésita pas à me déculotter en un rien de temps et à me fesser magistralement. Je m’en souviens comme si c’était hier.

    • Emilie dit :

      Bonjour,
      ça doit être dur devant sa copine à cet âge là !!…
      Qu’a-t-elle dit ta copine, pendant et après la fessée ?
      Bisous,
      Emilie.

    • celine1978 dit :

      Devant une copine ou ta petite copine ?
      Comme le relève Emilie un ou l’autre ce ne doit pas être facile à cet âge.
      Mais devant sa petite copine, cela doit être encore plus terrible. Surtout qu’à cette âge-là on a pas forcément été plus loin que les bisous (en tout cas ce fut mon cas).

  4. Jean-Phi dit :

    Pour répondre à Emilie et Céline, je dois dire que je ne fus pas fier de me retrouver fesses nues devant ma copine car, à ce moment là, nous commencions à flirter; juste des bisous.
    L’année suivante nous eûmes notre 1ère relation amoureuse et c’en fut terminé des fessées par ma mère car je m’achetai une bonne conduite
    Je retrouvai le goût de la fessée avec ma première épouse lorsque j’eus 24 ans, mais c’était plus un jeu pour apporter du piment à notre sexualité.

  5. julien dit :

    Bonjour,
    J’apprécie fortement ce site varié et passionnant.
    J’ai la trentaine, j’ai été réellement fessé cul nu et souvent par mon beau-père.
    Quelqu’un a-t-il vécu ce genre d’éducation sous l’autorité de son beau-père ou de ses parents ?

    Cordialement, Julien

  6. sorayya dit :

    Bonsoir Julien,

    On a tous été élevé plus ou moins comme cela je pense. Certains l’assument plus que d’autres c’est tout. Moi j’ai reçu des fessées déculottées à plusieurs reprises jusqu’à tard, c’est une forme d’éducation. Je suis plus jeune que vous, mais je commence à l’assumer et à trouver cela bien,

    Soraya

    • julien dit :

      Bonjour Soraya ,

      Je ne pense pas qu’on a tous été élevé comme cela ,
      surtout maintenant ….
      C’est une forme d’éducation plutôt efficace.
      Plus jeune que moi , quel âge avez vous si ce n’est pas indiscret ?
      Soraya, c est joli comme prénom , de quel origine est-ce ?
      Cordialement,
      Julien

      • sorayya dit :

        Bonsoir,

        Dans ma famille c’était comme ça en tous cas, oui c’est efficace c’est sûr, je confirme :-) . Mon prénom est d’origine Arabe, ravis qu’il vous plaise. Je suis tombée sur le site un peu par hasard et maintenant je me dis que pas mal de gens ont eu des expériences comme les miennes, du moins dans l’idée.

        Soraya

  7. eric9 dit :

    Bonjour Soraya ,tu as reçu des fessées comme moi et ma sœur Jessica. Pourquoi ne pas joindre le récit de tes souvenirs aux miens dans ce blog ? A bientôt de te lire,
    Eric

    • sorayya dit :

      Bonjour Eric,

      Je n’ai pas encore écrit mes souvenirs qui, pour certains, sont encore relativement frais, mais oui je compte le faire. J’accepte l’offre. En fait j’ai décide d’assumer cette enfance qui est la mienne, même dans ses parties embarrassantes. Avez-vous écrit sur ce blog ? Si oui, quel est le titre pour que je puisse le lire !!!

      Au plaisir de vous lire,

      Soraya.

  8. lambercier dit :

    Attention, eric9, greg, Sorayya, ce blog n’est pas un forum de discussions, mais une plateforme destinée uniquement à recueillir des récits et leurs commentaires. Merci.

    • Jean-Phi dit :

      Il est nécessaire de faire ce rappel. En effet, ce blog relate uniquement les commentaires des internautes qui désirent raconter leurs souvenirs des meilleures fessées reçues durant leur jeunesse.
      D’autres blog comme Confidentielles permettent de dialoguer
      bien dévoué

  9. CLAUDE dit :

    Bonjour Jean Phi. Comme l’écrit »Monenfance88″ pour un vol vous vous en êtes bien tiré de n’avoir reçu qu’une fessée ! Moi aussi j’ai été en délicatesse sur le sujet. Je l’ai raconté dans « Deux corrections pour un vol et un mensonge ». Non seulement ma mère m’a fouetté devant le copain dont j’avais volé le stylo et, qui plus est, devant sa mère, mais quand mon père est rentré j’ai été sévèrement fouetté sur les cuisses et les fesses nues. Croyez-le ou pas, ça m’a fait du bien ! Depuis ce jour-là je n’ai même pas volé un œuf ! Il vaut bien mieux être remis sur le droit chemin à l’adolescence, que plus tard dans la vie adulte où cela risque d’être très grave. Cordialement.CLAUDE.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775