La fessée appliquée

Bienvenue sur mon blog

Mon nouvel ami

NekoVampire 1

par Pascal

Un beau mercredi de printemps, alors que j’avais sept ans et demi, j’avais invité plusieurs copains de mon âge à la maison.

A part Vincent, nouvel arrivant dans la région, tous étaient habitués à venir jouer dans notre jardin. Comme toujours, nous étions assez libres, même si Maman gardait un œil attentif sur nous.

Dès le début d’après-midi, Maman fit des reproches à plusieurs de mes camarades (Je ne me souviens plus des  motifs).

Pendant le goûter, elle en reprit de nouveau  plusieurs, dont Vincent qui multipliait les gros mots. Tout à coup, ma mère s’énerva et ordonna à Vincent de la rejoindre. Je me dis qu’il pouvait préparer ses fesses ! Il arrivait, en effet, à Maman de fesser les enfants qui venaient jouer à la maison ; toutefois, seuls ceux de la famille étaient déculottés pour la fessée.

Vincent s’approcha sans se douter de ce qui l’attendait. Maman l’attrapa par le bras et le courba immédiatement sur ses genoux. Il tenta bien de résister mais à 7 ans, il est difficile de s’opposer à un adulte. Elle l’immobilisa sans peine et commença à s’occuper de son postérieur de quelques claques de sa main. Vincent protesta en criant :

« Vous n’avez pas le droit, je ne suis pas votre fils. Arrêtez ! »

Surprise, Maman s’arrêta bien un instant mais, en guise de réponse, passa ses mains sous l’élastique du survêtement de mon nouveau copain. Je compris qu’elle voulait le punir sévèrement mais lui, très étonné et comprenant ce qui allait arriver, commença à gesticuler comme un beau diable pour éviter… la honte d’être déculotté devant tous ses copains ! Sa résistance fut inutile et son survêtement se retrouvait bientôt à ses chevilles, nous dévoilant ainsi son slip blanc.

Maman recommença à  fesser Vincent. Les claques semblaient plus fermes et plus sonores. Visiblement peu habitué à ce châtiment, il remuait pour se protéger. Mais je savais que cela ne servait à rien car ma mère punissait toujours jusqu’au bout. De plus, il ne faisait qu’aggraver son cas en résistant et en râlant.

Ma mère observa une pause pour le sermonner et le convaincre d’accepter sa punition. Mon camarade en profita pour essayer de se relever. C’est alors les mains de ma mère adoptèrent une autre tactique, l’une le retenant fermement, l’autre plongeant sous l’élastique du slip. Sans que Vincent ait eu le temps de comprendre ce qu’il lui arrivait, son slip était également à ses chevilles.

La fessée reprit sans attendre et de plus belle. Mois, j’étais vraiment gêné, non pas pour Vincent mais parce que mes copains voyaient ma mère en train d’administrer une fessée culotte baissée. Ils comprenaient donc que j’étais moi-même soumis au même traitement ! Je craignais aussi que Vincent ne veuille plus revenir à la maison ni m’inviter chez lui. Comment allaient réagir ses parents ?

La punition fut assez brève après le déculottage. Vincent s’était calmé et pleurait maintenant à petits sanglots. En fait, ma mère punissait sévèrement, mais elle ne s’acharnait pas quand elle estimait que la correction avait été suffisante.

Plus tard, Vincent m’avoua qu’il avait très peu été fessé dans sa vie et jusque là, il n’avait pas cru qu’une fessée pût  être aussi douloureuse. Je lui fis remarquer qu’il avait eu de la chance car sa fessée n’avait pas été aussi longue ni aussi sévère que celle que je recevais de temps à autre.

Finalement, Vincent resta un excellent ami et les relations avec ma mère furent cordiales.

Illustr. Neko-Vampire

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

ldelange |
LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
✽✽✽TEENS ✽✽✽ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | unpas2plus
| Le bogoss
| momo1775